En ce moment En ce moment

Financement en capital-risque : la France dans le top 3 européen

Publié par le - mis à jour à
Financement en capital-risque : la France dans le top 3 européen

Malgré un recul conséquent du nombre de levées de fonds sur l'année, la France se maintient dans le top 3 européen du financement en capital-risque des start-up, derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne, d'après un baromètre KPMG.

  • Imprimer

L'écosystème de start-up arrive à maturité. C'est en tout cas un des constats réalisé par le réseau international de cabinets d'audit et de conseils, KPMG, dans son dernier baromètre, publié lundi 5 février 2018, dédié au financement en capital-risque des start-up et qui justifie, en partie, la tendance à la baisse du nombre de levées de fonds sur l'année 2017. Si la quantité des collectes réalisées par les start-up françaises est en recul de près de 37 % entre 2016 et 2017, le montant médian des tickets a, en revanche, doublé pour atteindre 2,6 millions de dollars (2,2 millions d'euros). En valeur, les levées de fonds des start-up ont vu leur montant augmenter de près de 58 % sur l'année 2017, par rapport à l'année précédente.

De fait, sur le plan européen, ces résultats positionnent la France en troisième position du classement du financement en capital-risque des start-up, derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne. C'est bel et bien au sein de ces trois pays que ce type de financement se concentre avec 62 % des investissements (Royaume-Uni : 39 %, Allemagne : 14 %, France : 9 %).

Sans grande surprise, Paris truste la majorité des investissements (80 %) pour la France avec 1,4 milliard d'euros pour 35 deals signés, derrière Londres et Berlin avec respectivement 5,7 mds et 1,5 md d'euros.

KPMG (février 2018)

KPMG (février 2018)

"Ce phénomène montre que l'écosystème d'investissement est en train d'évoluer pour mieux accompagner la maturité croissante de l'écosystème start-up, juge Georges Gambarini, spécialiste innovation et fundraising chez KPMG. Les ambitions politiques affichées à la suite des échéances électorales de 2017 semblent être favorablement perçues par les investisseurs français et étrangers", précise l'expert.

Pour appréhender le phénomène de maturité de l'écosystème, KPMG analyse que les opérations en capital-risque sont davantage concentrées sur l'investissement vers "des technologies plus lourdes et plus coûteuses" telles que les deeptech, mais également sur "des late deal, plus sécurisés pour les investisseurs".




Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet