En ce moment En ce moment

[Le jour où] J'ai décidé que mes salariés choisiraient leur augmentation

Publié par le | Mis à jour le
[Le jour où] J'ai décidé que mes salariés choisiraient leur augmentation

Gilles Satgé, p-dg de Lucca, permet à ses salariés de choisir eux-mêmes leur augmentation. Il revient sur le cheminement qui lui a fait prendre cette décision.

  • Imprimer

Nous sommes en 2015, mon associé, Guillaume Allain, souhaite que je revienne sur une décision expérimentée trois ans auparavant. Mes employés décidaient eux-mêmes de leur augmentation annuelle. À l'époque, je me suis dégonflé. L'entreprise connaissait une forte croissance - en une année, nous sommes passés de 13 à 20 collaborateurs - et j'ai eu peur des conséquences, que cette décision m'échappe.

Mais cette fois-ci, Guillaume me suggère une approche différente. Il propose d'appliquer cette mesure uniquement pour les salariés ayant trois ans d'ancienneté. Voilà la bonne idée ! Le principe est simple: notre entreprise organise une réunion annuelle réunissant toutes les personnes concernées. Puis, il y a un tour de table et un tirage au sort pour fixer l'ordre de passage. Quelques-uns jugent cette mesure assez stressante. Cette fixation de salaire fonctionne de manière collective.

Dernier mot au salarié

On annonce la rémunération que la personne aimerait s'attribuer. L'année dernière, c'était sur des bouts de papier. La personne explique le ­montant voulu et pourquoi. Je valide ou non en exprimant éventuellement mon désaccord si je trouve la somme trop élevée. C'est une première limite, car les salariés vont devoir en discuter avec moi publiquement. Mais ce sont eux qui ont le dernier mot, y compris en cas d'avis négatif. Ils fixent le salaire. Une fois qu'on a identifié tous les cas litigieux, un arbitre fait le tour de tous les collaborateurs participants à la réunion. Ensuite, un second meeting est organisé au cours duquel on ramène l'argument sur la table et la décision finale est actée.

Transparence


Le bilan est très positif. Ceux qui se livrent à l'exercice se trouvent responsabilisés. Les autres ont la perspective de pouvoir le faire au bout de trois ans. Et certains l'attendent même avec beaucoup d'impatience ! Les collaborateurs adhèrent au projet de l'entreprise, avec l'impression d'être pris pour des adultes. Tout est transparent, pas de jalousie ni de tension. Dans le cas où le salarié obtient son augmentation, il a tout de suite une énorme pression car il a dû négocier avec le reste de l'entreprise.

C'est assez violent, il est impossible de s'endormir sur ses lauriers. Il faut assurer. Reste un inconvénient?: mon salaire est aussi transparent. Je joue le jeu pour montrer l'exemple. Je ne vais pas m'attribuer une augmentation de 15 % si derrière je critique quelqu'un qui veut s'en octroyer une de 6 ou 7 %. Je m'impose une modération salariale. D'un autre côté, c'est un avantage pour l'entreprise.

Repères

Raison sociale : SA Lucca
Activité: Éditeur de logiciel de gestion
Siège social : Paris
Dirigeant : Gilles Satgé, p-dg, 55 ans
Année de création : 2002
Effectif : 90 personnes
CA 2017 : 5,9 millions d'euros

Gilles Satgé, p-dg de Lucca

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet