En ce moment En ce moment

La revue de presse éco de la semaine (1er au 5 octobre)

Publié par le - mis à jour à
La revue de presse éco de la semaine (1er au 5 octobre)

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité économique cette semaine ? La rédaction vous propose de découvrir ce que vous avez pu rater du 1er au 5 octobre 2018. Au programme : commande publique, lutte contre l'hameçonnage, deal franco-allemand, exit tax et compétences des entrepreneurs.

  • Imprimer

Commande publique : le gouvernement veut simplifier l'accès aux PME

Depuis le 1er octobre 2018, l'accès à la commande publique pour les entreprises passe par la voie électronique. Une mesure qui doit permettre de faciliter l'accès des marchés publics aux entreprises et en particulier aux PME. Dans une interview aux Échos, la secrétaire d'État à l'Économie, Delphine Gény-Stéphann rappelle que "les PME représentent 28 % des 80 milliards d'euros de marchés publics passés annuellement par l'État et les collectivités". Pour développer cette part, le gouvernement souhaite ainsi d'ici la fin de l'année unifier la quinzaine de textes différents qui régissent la commande publique. "Ce foisonnement rend les choses difficiles, explique la secrétaire d'État. à peine 26 % des PME disent s'y retrouver".

Parmi les mesures envisagées, le relèvement à 20 % des avances consenties par l'État aux PME attributaires contre seulement 5 % aujourd'hui ou encore l'abaissement à 3 % du montant maximal de la retenue de garantie exigée par l'État. Par ailleurs, la loi Pacte intégrera un cadre juridique pour l'affacturage inversé.

Des outils pour lutter contre l'hameçonnage

Pour sécuriser les mails envoyés par les entreprises, le ministère de l'Économie et des Finances compte lancer plusieurs outils pour améliorer la cybersécurité en entreprise. Parmi les nouveaux services présentés lors du Cyberoctobre, une campagne du gouvernement pour le mois de la cybersécurité, un service de vérification des domaines de messagerie sera proposé aux entreprises pour certifier le niveau de sécurité et limiter les tentatives d'hameçonnage. Ces niveaux acteront la fiabilité d'un nom de domaine en fonction de plusieurs critères et de normes.

Si la vigilance des utilisateurs reste de mise, Bercy veut également assurer que le système soit plus sûr, comme l'explique au Figaro Jean-Philippe Papillon, responsable de la sécurité des SI du ministère : "Pour lutter contre l'hameçonnage, on a appris aux internautes à être attentifs aux contenus de leurs emails. Mais on demande trop à l'utilisateur de combler les failles de sécurité de tout un système qu'il ne contrôle pas". D'autre part, la sécurisation des navigateurs web en entreprise est également sur la table avec un outil qui certifie à l'utilisateur si son navigateur est à jour.

Bpifrance veut rapprocher les PME allemandes et françaises

Renforcer les relations entre les PME allemandes et françaises. Voilà l'objectif de la tournée que va organiser Bpifrance auprès des entreprises du Mittelstand allemand. "Il y a un dialogue à rebâtir complètement", explique Nicolas Dufourcq, président de la banque publique. Outre les éventuels mariages entre entreprises voisines, Bpifrance compte illustrer le dynamisme et la réussite d'entreprises françaises à travers la rédaction d'un livre en allemand.

Il faut dire que les relations entre la France et l'Allemagne s'étiolent. La France n'est que le quatrième partenaire économique de l'Allemagne et la balance commerciale de l'Hexagone présente un déficit de 17 milliards d'euros avec son voisin. Preuve d'un déséquilibre dans les relations entre les deux pays, les investissements français en Allemagne s'élevaient à 16 milliards d'euros en 2017 contre seulement 12 milliards en retour, précisent Les Echos.

Les entrepreneurs français moins compétents que leurs voisins ?

Les entrepreneurs français seraient-ils moins compétents que leurs voisins ? C'est en tout cas ce que suggère une étude de Natixis, relayé par l'Agefi, qui avance que les entreprises françaises sont dotées d'un capital vieillissant, sont moins tournées vers l'export et moins innovantes.

Si la France se situe dans le haut du panier des pays où les entreprises investissent fortement, en revanche le financement en matériel sophistiqué reste insuffisant. D'autant que si l'étude avance que le niveau de compétences des Français est trop faible - à des niveaux comparables à celui des États-Unis, de l'Espagne ou de l'Italie - il n'en demeure pas moins que ces pays ont davantage modernisé leur capital. Un constat particulièrement remarqué pour les entreprises du secteur des nouvelles technologies. Et l'analyse d'évoquer l'hypothèse que la France disposerait d'entreprises dirigées par des patrons conservateurs produisant "de manière routinière les mêmes biens avec un capital peu sophistiqué et qui n'exportent pas".

Exit tax : vers un allongement du délai d'imposition ?

Tandis que le projet de loi de finances prévoit que l'exit tax applique dans un délai de deux ans après l'expatriation du contribuable l'imposition sur les plus-values de cession réalisées, le rapporteur général du Budget Joël Giraud souhaite voir ce délai allongé à cinq ans, selon Les Echos. Un nouveau changement après qu'Emmanuel Macron a annoncé en mai 2018 la suppression du dispositif puis que le PLF ait maintenu une version allégée en septembre 2018. Aujourd'hui la surveillance de l'administration fiscale s'effectue sur une période de quinze ans après le départ du contribuable à l'étranger.

Le député précise que cet allongement ne pourrait s'appliquer qu'au-delà d'un certain montant de plus-values. De quoi nourrir les discussions entre les députés et le gouvernement sur le sujet d'ici le vote du budget.

Lingerie Indiscrète : une soixantaine de repreneurs potentiels

Après le suicide de son codirigeant au mois d'août, l'entreprise de lingerie viennoise Indiscrète - en redressement judiciaire - vit des moments particulièrement difficiles. L'entreprise qui compte 21 salariés et labellisée EPV a dû faire face depuis la fin 2017 à un impayé de 40 000 euros et à l'annulation d'une commande de 50 000 euros d'un donneur d'ordre en liquidation judiciaire. Pourtant, après le drame de l'été, la solidarité s'est mise en place avec le lancement d'une cagnotte qui compte plus de 14 000 euros de dons.

En parallèle, l'entreprise attend l'annonce du tribunal de commerce de Poitiers qui doit annoncer le nombre précis d'offres de reprises déposées. D'après Le Monde (réservé aux abonnés), une soixantaine de repreneurs se seraient manifestés pour reprendre l'entreprise et le savoir-faire de la société.

Des entreprises invitées à financer des projets culturels

À Saint-Maur (Val-de-Marne), la municipalité a voté la création d'un fonds de dotation pour financer des projets culturels, sportifs ou caritatifs. En appelant les entreprises et les particuliers volontaires à abonder ce fonds, la ville compte bien trouver une autre solution pour faire face à la diminution des finances locales et mener à bien les projets de la Cité. Avec un montant minimum de 1 000 euros pour les entreprises, déductible à 60 % de l'IS, les entreprises peuvent ainsi s'engager dans un projet social sur la commune.

Sylvain Berrios, maire de la commune explique au Parisien : "Dans un contexte difficile, où nous sommes tenus par un contrat financier avec l'État et où notre dotation globale de fonctionnement est annulée par notre taxe sur le logement social, on réfléchit autrement pour aider les projets. La tension est forte sur la vie associative avec des baisses de subventions de toute part, notamment du département."



Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Actualités

Par Pierre Lelièvre

Une étude EY pour la Chambre franco-allemande de commerce et d'industrie fait état du regain d'attractivité de l'Hexagone auprès des investisseurs [...]

Actualités

Par Mickaël Deneux

Un sondage d'Opinion Way, paru jeudi 18 octobre 2018, dans le cadre de l'opération "J'aime ma boîte", révèle que les Français ont majoritairement [...]