En ce moment En ce moment

La revue de presse éco de la semaine (3 au 7 septembre)

Publié par le | Mis à jour le
La revue de presse éco de la semaine (3 au 7 septembre)
© ©Peter Allan - Interlinks Image

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité économique cette semaine ? La rédaction vous propose de découvrir ce que vous avez pu rater du 3 au 7 septembre 2018. Au programme : prélèvement à la source, assurance-chômage, Roux de Bézieux, arrêts maladie, Sunrock, Frichti et Loi Pacte.

  • Imprimer

Le prélèvement à la source entrera bien en vigueur en 2019

Après une longue semaine d'atermoiements, le président de la République a tranché. La mise en place du prélèvement à la source entrera bien en vigueur au 1er janvier 2019 pour les quelques 36 millions de contribuables, comme l'a confirmé le Premier ministre sur TF1 mardi 4 septembre 2018.

Alors qu'ils avaient espéré que soit repoussée, voire même abandonnée l'idée d'une retenue à la source de l'impôt sur le revenu faite par les entreprises, les patrons sont en colère. "On a l'impression qu'il y a encore énormément de questions" a réagi Jean-Eudes du Mesnil du buisson, secrétaire général de la CPME sur France Info.

Le surcoût engendré par l'adaptation des logiciels de paie pour préparer la mise en place de la réforme pour les entreprises est estimé à 50 euros par salariés et par an, selon la CPME, qui craint également "une dégradation du climat social à l'intérieur de l'entreprise".

Pour répondre aux attentes et interrogations des PME de moins de vingt salariés, le ministère des Comptes publics a adressé une lettre aux dirigeants et détaille les solutions mises en place pour faciliter la mise en place de la retenue à la source avec notamment le service Tese.

Assurance-chômage : vers des économies plus importantes

Jusqu'à un milliard d'euros d'économie. C'est la fourchette haute du montant que souhaiterait économiser l'État sur l'assurance-chômage alors que les partenaires sociaux ont débuté les négociations. De quoi leur faire craindre que le simple objectif budgétaire visant à réduire le déficit de l'Unédic prime sur ceux affichés de réduction de la précarité et du chômage, selon Les Echos.

Muriel Pénicaud a répété dimanche 2 septembre 2018 que le Gouvernement n'a aucun tabou sur la question alors que sont évoqués une réduction de la durée d'indemnisation, une dégressivité des allocations pour les cadres, une limitation du cumul allocations et revenus ou encore un bonus-malus sur les contrats courts.

Geoffroy Roux de Bézieux détaille sa proposition de réforme de l'assurance chômage

Prélèvement à la source, budget ou encore transition écologique...Geoffroy Roux de Bézieux a balayé tous les sujets chauds aux Echos pour sa première interview donnée à la presse depuis sur son élection à la présidence du Medef.

Le patron des patrons est ainsi revenu sur les derniers arbitrages du gouvernement et a détaillé au quotidien économique ses visions quant à une éventuelle réforme de l'assurance chômage, il propose : " une allocation universelle forfaitaire financée par la CSG, gérée par l'Etat, qui intégrerait l'ASS et potentiellement d'autres minima sociaux."

Pointant le "problème financier de l'Unedic", le successeur de Pierre Gattaz souhaite "remettre complètement le système à plat" et préconise notamment un régime d'assurance complémentaire obligatoire, à la fois géré par les partenaires sociaux et financé par les cotisations des entreprises, à l'image de ce qui se pratique sur les régimes de retraite complémentaire.

Arrêts-maladie : une mission pour juguler la hausse des arrêts maladie

Tandis que le nombre d'arrêts maladie a augmenté de plus de 4,7% en 2017, le gouvernement a missionné Jean-Luc Bérard, DRH de Safran et Stéphane Seiller, magistrat à la Cour des Comptes avec l'objectif de faire, sous quatre mois, un diagnostic de l'état des arrêts maladie en France et proposer des solutions.

Il y a quelques semaines, le gouvernement envisageait de faire payer aux entreprises les arrêts de travail de courte durée pour les pousser à améliorer les conditions de travail. Face à l'ire des patrons, Matignon avait reconnu ne pas vouloir transférer brutalement la charge sur les entreprises, sans toutefois y renoncer totalement, selon Les Echos.

La PME Sunrock armera la RATP

Le millier d'agents du groupe de sureté de la RATP va bientôt être équipé d'armes semi-automatiques de calibre 9 mm, présente RTL. Et c'est une PME française, Sunrock, qui a obtenu le marché public.

Basée à Clamart, l'entreprise spécialisée dans les systèmes de vision nocturne, les moyens d'illumination, l'armement et la protection balistique fournira les armes ainsi que l'ensemble des accessoires nécessaires, selon le communiqué de presse de l'entreprise : chargeurs, étuis, portes-chargeur.

Frichti s'attaque à la livraison de produits frais

Le spécialiste de la livraison de repas Frichti se diversifie et veut concurrencer Monoprix ou encore Amazon. La start-up parisienne se lance sur la livraison de produits frais haut de gamme selon BFM TV. Concrètement, l'offre "Super Marché" de Frichti propose depuis son site un service d'achat de produits frais (viande, fruits et légumes, fromages, ...) provenant des fournisseurs et professionnels artisans de la start-up.

Si le site d'information relève que "l'offre est un peu chiche" pour l'instant, nul doute que la gamme est amenée à se développer. La force de Frichti face aux drives et géants de l'alimentaire qui se sont lancés sur ce créneau reste malgré tout son portefeuille clients qui pourrait être tenté de commander à la fois son repas cuisiné et ses produits d'alimentation quotidien.

La loi Pacte n'inclura pas le travail dominical

Bruno Le Maire ne souhaite pas inclure la question du travail du dimanche dans le cadre du projet de loi Pacte. Invité par France 2, le ministre de l'Economie a indiqué que le chantier de l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche, n'avait pas sa place dans cette loi destinée à favoriser la croissance des entreprises, et actuellement examinée par les députés.

Le locataire de Bercy "ne souhaite pas qu'on ouvre ce sujet dans la loi Pacte, tout simplement parce que ce n'est pas l'objet de la loi" en précisant toutefois que "la question du travail du dimanche est une question politique importante".




La Rédaction

Sur le même sujet