Mon compte Devenir membre Newsletters

[Étude de cas] La boutique de prêt-à-porter Gémag s'associe à une championne de karaté pour créer une ligne de vêtement

Publié le par

Centrée sur le made in France et les partenariats locaux, la boutique de sportswear Gémag, à Gérardmer (Vosges), s'est associée à une vedette locale du karaté pour créer sa ligne de vêtements.

[Étude de cas] La boutique de prêt-à-porter Gémag s'associe à une championne de karaté pour créer une ligne de vêtement

Comment lancer son activité sur un marché du sportswear où la concurrence fait rage, avec une image à créer, une offre et des partenariats à repenser et, surtout, en se différenciant ? À ces questions, Marielle Breyer-Gérardin, la créatrice de la boutique Gémag de Gérardmer, répond par des initiatives originales : " Lorsque j'ai repris le magasin fin 2013, mon associé Édouard Pihet, patron de l'agence de communication dijonnaise Eclolink, m'a mise en contact avec une jeune sportive de sa connaissance, Lise Duclap, championne de France de karaté full contact. Nous avons alors décidé de travailler ensemble ", raconte la commerçante.

Des vêtements de sport techniques

À l'origine, Gémag est positionné sur une offre haut de gamme. L'enseigne propose des vêtements de sport techniques de qualité (Sport Neige Confection - SNC -, Berthe aux Grands Pieds, Armor Lux, etc.). Dès lors, pourquoi ne pas s'associer à une championne, basée à Épinal ? D'autant que cette association est "gagnant-gagnant". Lise Duclap, comptable de profession, cumule les succès sportifs sans pour autant trouver de sponsor, ne serait-ce que pour ses vêtements.

Gémag prend alors l'initiative de l'habiller, et fait réaliser un logo à ses initiales par des étudiants de l'IUT de Besançon, pour une ligne de vêtements brodés par SNC. Coût de l'opération : 500 euros. " La gamme comprend actuellement six modèles, qui vont de la veste polaire au sweat-shirt en passant par le polo. Mais nous travaillons à une nouvelle ligne qui sera davantage féminine, en recherchant de nouveaux fournisseurs locaux ", explique Marielle Breyer-Gérardin.