Mon compte Devenir membre Newsletters

Flotte auto : aperçu de la voiture de demain

Publié le par

Voiture autonome, connectée, partagée... Le véhicule du futur aura des usages multiples.

Flotte auto : aperçu de la voiture de demain

Bientôt des voitures intelligentes... Selon l'étude automobile publiée par IBM, en 2025, une bonne partie des véhicules communiqueront entre eux et pourront créer de véritables réseaux sociaux. Une échéance pour le moins ambitieuse, selon ce géant de l'informatique, mais pourtant corroborée par un certain nombre de constructeurs, à commencer par Volvo. "Les voitures vont pouvoir échanger des informations non seulement entre elles, mais également avec les infrastructures routières", affirme David Laventure, responsable marketing produit de Volvo. Un axe de développement qui devrait considérablement impacter la sécurité routière, via la généralisation des véhicules autonomes associés à des connexions multiples. "Volvo s'engage à ne plus avoir d'accidents mortels dans ses véhicules à partir de 2020", poursuit David Laventure.

Les voitures vont pouvoir échanger des informations non seulement
entre elles, mais également avec les infrastructures routières.

Géants de l'informatique

Le constat saute aux yeux: les rapports entre les constructeurs automobiles et les géants de l'informatique ont considérablement évolué ces dernières années. Avec l'arrivée en masse des smartphones dans les véhicules, les firmes auto ont échoué dans leur volonté de développer leurs propres systèmes de communication embarqués. Leur marge de manoeuvre devient très limitée, l'alternative se résumant à collaborer avec des colosses tels que Google, Apple et consorts... ou être dépassé.

En récupérant l'intelligence artificielle de ces acteurs, les constructeurs auto peuvent ainsi proposer des services à valeur ajoutée au coeur de leur écosystème. Et satisfaire aussi bien les consommateurs particuliers que professionnels. Mais cette collaboration "forcée" avec les acteurs de l'informatique n'est pas suffisante. Une entente entre les groupes automobiles devra, tôt ou tard, intervenir. "Un des grands enjeux pour les constructeurs auto est d'établir des normes communes pour maximiser les communications entre les véhicules", confirme Cédric Marquant, directeur marketing et business development d'Alphabet. Le rôle des États sera tout aussi prépondérant. Ils doivent en effet imposer des normes et équiper les infrastructures routières de signaux et boîtiers susceptibles de communiquer avec l'ensemble des marques automobiles. Un projet d'envergure colossale.

" Lire la suite de l'article page 2