Mon compte Devenir membre Newsletters

Digitalisation: à quand votre tour?

Publié le par

La transformation digitale des entreprises a été l'un des thèmes abordés au CCI Forum, événement des CCI de France, vendredi 9 septembre 2016 à Paris. Mesures d'accompagnement des PME, financement du numérique... Voici ce que nous avons retenu des échanges.

Digitalisation: à quand votre tour?

" Le numérique, c'est pas un " truc " de geek ". La remarque, en forme de slogan, est de Muriel Barnéoud, présidente du collège éditeur du syndicat des acteurs du numérique, le Syntec Numérique, invitée à une table ronde sur la transformation digitale des entreprises. Un débat organisé au CCI Forum, événement des Chambres de commerce et d'industrie de France, vendredi 9 septembre 2016 à Paris.

" Le numérique, ce n'est pas un effet de mode, un " truc " de geek ou de jeune (...) c'est une transformation en profondeur car il y a un changement de pouvoir qui va vers le client ", précise celle qui est aussi p-dg de Docapost, fournisseur de conseil et solutions numériques pour les entreprises.

Transfert de pouvoir au client, mais aussi transformation des méthodes de travail, de management... Si aujourd'hui personne ne doute que la transformation digitale est "le" défi pour les organisations qui souhaitent rester dans la course, un certain nombre de freins subsistent, techniques, psychologiques ou financiers, pour que toutes osent franchir le pas.

Les échanges de cette matinée ont permis de rappeler certains grands enjeux de cette transformation et d'ouvrir des pistes pour que les PME puissent, encore davantage, s'emparer du sujet.

Voici ce que nous avons retenu de ces échanges.

Accompagner les dirigeants

Aider les PME à s'emparer du sujet et à se digitaliser : c'est précisément ce que souhaite faire le Conseil national du numérique avec des recommandations émises l'été dernier et rappelées au CCI Forum. " Pendant quatre mois nous avons interrogé plus de 220 PME pour chercher à identifier avec elles leurs freins au numérique ", explique Mounir Mahjoubi, président de cet organisme de consultation, également entrepreneur.

Ces recommandations sont :

1. Créer un réseau national d'accompagnement dédié aux entreprises, incluant du financement et de la formation,

2. Créer une plateforme référentielle permettant aux entreprises de réaliser leur autodiagnostic et d'avoir accès à des informations transparentes sur les prix et les acteurs,

3. Favoriser la mutualisation des ressources entre entreprises (chief digital officers partagés, mise en place d'ateliers du numérique)

4. Optimiser le financement du numérique en travaillant avec les banques, Bpifrance, les régions,

5. Aider les entreprises à vendre à l'export en mettant en place un réseau de partenaires (Bpifrance, Amazon...) pour leur permettre de réaliser leurs ambitions à l'international.

Combien ça coûte ?

Autre thématique régulièrement revenue dans les échanges : le coût de la digitalisation. Si un minimum d'investissement est nécessaire, la dépense pourra être maîtrisée, même dans les petites structures. " Le juste prix de l'accès au numérique ? En-dessous de mille euros et même de 500 euros ", assure Mounir Mahjoubi.

" Le modèle de la marketplace permet de se développer en supprimant les barrières à l'entrée ", plaide, de son côté, Patrick Labarre, directeur de la marketplace d'Amazon France. Nul besoin en effet, pour un chef d'entreprise, de développer ses outils propres et donc d'investir s'il choisit ce modèle de vente.

Par ailleurs, Amazon revendique une facilité d'accès à ses services liés à l'export. " 39 euros HT pour mois pour vendre à l'international ", précise le manager, qui évoque également les outils de traduction proposés par le site.

Reste, à ce sujet, la question de la valorisation du patrimoine immatériel. Difficile à faire valoir auprès des banques lors des phases de recherche de financement.

" Le rôle du patron dans le passage au numérique est fondamental ", précise Muriel Barnéoud. En effet, c'est lui qui impulse le mouvement, qui ouvre la voie, incite ses collaborateurs à y aller. " Il ne faut pas avoir peur ", conclut-elle.