Mon compte Devenir membre Newsletters

Dans la tablette de... Patrick Amiel

Publié le par

Sur la Toile, Patrick Amiel gravite entre méditation et ultra-connexion. Le cofondateur de MyBestPro, sites de mise en relation de particuliers et professionnels, et de Wengo, est un adepte des réseaux sociaux.

Pour la musique et les films, vous êtes plutôt téléchargement ou streaming?

Je suis très "old school" car je paye mes achats de film ou musique, mais je n'ai plus ce sentiment de propriété hérité de nos collections de CD. Je télécharge les contenus pour en disposer quand je le souhaite sur tous mes supports.

Quelle est la dernière application que vous ayez téléchargée?

Headspace, une application qui permet de suivre un programme de brèves séances de méditation. J'essaie de m'offrir quelques minutes d'évasion.

Et celle qui vous est indispensable?

Facebook. J'ai la chance d'y avoir un réseau d'environ 3 500 personnes qui m'accompagnent dans ma vie professionnelle, me permettent de découvrir de belles start-up, de partager des opinions...

Sur la Toile, quelles sont vos premières sources d'information?

Twitter, Google Alertes, Facebook... Ma communauté réagit très vite et m'informe ainsi, en choisissant des sujets qui ont une forte probabilité de m'intéresser.

Justement, quel est le buzz qui vous a le plus marqué sur le Web dernièrement?

#ShareFrance, une initiative qui a vu le jour suite aux attentats de novembre 2015 qui avait pour but d'inviter les touristes à ne pas annuler leur voyage en France et à choisir la destination "France".

Ce qui vous exaspère le plus sur Internet?

L'éphémère. Tout le monde, s'insurge avec véhémence sur un sujet et, le lendemain, on enchaîne sur un autre thème. Cette succession sans fin de réactions à chaud manque de combats et de fils conducteurs dans la durée.

Votre mentor du Web?

Mes enfants. J'adore les voir surfer et consommer autrement le Web, qui est devenu un des acteurs de leur enseignement. J'essaie de les guider pour utiliser au mieux ces supports.

Mot clés : Twitter |

Marion Perroud