Mon compte Devenir membre Newsletters

Smart Grid : 5 bénéfices pour la planète et les entreprises

Publié le par

Le smart grid est l'une des priorités du gouvernement. Mais, concrètement, à quoi servent ces réseaux intelligents ? À lutter contre le dérèglement climatique mais aussi à faire des économies, et bien plus ! Voici 5 raisons de vous intéresser au sujet.

Smart Grid : 5 bénéfices pour la planète et les entreprises

1. Accéder à une énergie plus propre

L'enjeu des smart grids, ou réseaux énergétiques intelligents, est en premier lieu écologique. L'Union européenne s'est engagée à revoir son mix énergétique et à y incorporer 20% d'énergies renouvelables, à l'horizon 2020. Mais, "intermittentes car tributaires de la météo, les énergies renouvelables apportent, pour la plupart, moins de stabilité au réseau électrique que les moyens de production conventionnels, explique Mehdi Hajjam, directeur de la business unit énergie d'Actility, société qui développe des solutions technologiques pour les réseaux électriques et des services liés à l'Internet des objets. Leur intégration nécessite une adaptation des infrastructures et de la gestion du système électrique. Le smart grid répond à ces défis techniques et, en ce sens, sera une nécessité pour la transition énergétique."

2. Un approvisionnement continu et fiable

Les données collectées sur le réseau de distribution permettent de détecter et de localiser d'éventuelles pannes et problèmes sur le réseau, et même de les résoudre à distance, assurant un approvisionnement continu et un niveau élevé de qualité de service pour les usagers. Le déploiement du smart grid permettra une réactivité accrue des opérateurs de réseau.

3. Une facture optimisée

"Aujourd'hui, l'accès à sa consommation en temps réel est marginal car onéreux à mettre en place. Demain, avec le déploiement de réseaux bas débit dédiés à l'Internet des objets, cela deviendra plus répandu et bien moins cher à mettre en oeuvre", commente Mehdi Hajjam. L'intérêt ? Connaître sa consommation en temps réel permettra, d'une part, une facturation transparente et collant à la réalité et, d'autre part, de mieux comprendre et piloter sa consommation d'énergie. Il sera possible de comparer sa consommation avec d'autres périodes, avec des prévisions individualisées, avec des consommateurs aux profils similaires (benchmarking), etc.Avec ces données, les entreprises auront alors toutes les cartes en main pour opérer les arbitrages, réaliser les investissements nécessaires et réduire leur facture d'énergie.

4. Un générateur de revenus

Le smart grid transforme les utilisateurs en consom'acteurs. "Cela permettra par exemple de contribuer à limiter les pics de consommation, souligne Olivier Sellès, responsable innovation, énergie et smart grid chez Bouygues Immobilier et pilote du projet IssyGrid (lire l'encadré ci-dessous). Ces pointes de consommation sont néfastes pour le réseau qui s'en trouve fragilisé mais surtout la compensation se fait par recours aux énergies fossiles, fortement émettrices de CO2." Informés que le réseau est en tension, les utilisateurs peuvent alors, s'ils le souhaitent, décider de réduire ou reporter leur consommation, limitant ainsi les potentielles ruptures d'approvisionnement. C'est le principe de l'effacement.

C'est l'un des services proposés par Actility : "L'effacement est une possibilité offerte aux entreprises disposant d'une certaine flexibilité énergétique, en étant dotée d'un groupe électrogène ou des batteries de secours par exemple, ou en capacité de décaler leur besoin en énergie. En contrepartie de leurs efforts, les entreprises sont rémunérées, précise Mehdi Hajjam. Toutes les sociétés peuvent être intéressées, même si l'effacement est plus répandu dans les secteurs énergivores, comme l'industrie. Dans le tertiaire, l'intérêt est également présent mais il nécessite d'abaisser les coûts de remontée des données et de contrôlabilité des usages afin d'être pertinent économiquement."

5. De nouvelles opportunités de business

"À terme, le smart grid impactera le business model de nombre d'entreprises, qui pourront, elles aussi, développer de nouveaux services, indique Mehdi Hajjam. Les premières entreprises concernées seront certainement celles du secteur de l'énergie (gestionnaires de réseau, fournisseurs, producteurs, gros consommateurs de gaz, d'électricité et d'eau), mais l'infrastructure technologique déployée pourra permettre de généraliser des solutions de smart parking, ou de changer la façon de travailler des entreprises de la sécurité par exemple."

Projet IssyGrid, un exemple de smart grid en milieu urbain

À Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, se dessine déjà la ville de demain. Lancé en 2012 à l'initiative de la collectivité francilienne et de Bouygues Immobilier, accompagnés d'un consortium d'entreprises, ce projet d'optimisation énergétique concerne à ce jour 1000 logements, deux tours de bureaux comprenant 2000 employés et des commerces. Ce smart grid, ou réseau intelligent, en milieu urbain est une première à l'échelle d'un quartier.

Concrètement, les logements sont dotés de compteurs communicants afin d'analyser et de pouvoir maîtriser la consommation énergétique. Les immeubles tertiaires sont équipés d'un système d'aide au pilotage du bâtiment, contribuant au lissage des crêtes de consommation, et l'un d'eux dispose de panneaux photovoltaïques et même d'une station météo. L'énergie renouvelable produite est autoconsommée directement ou de manière décalée grâce à des batteries, et au besoin injectée dans le réseau de distribution électrique. Des lampadaires intelligents adaptent l'éclairage en fonction de l'heure, de la saison et du trafic, sans oublier des bornes de recharges pour les véhicules électriques...

"IssyGrid est un projet qui s'étale sur cinq ans et qui comprend quatre grandes phases : connecter les bâtiments, collecter des données de façon fiable, rendre la donnée visible pour que les gens se l'approprient et deviennent proactifs et, enfin, en 2017, proposer des services de lissage et d'effacement, rappelle Olivier Sellès (Bouygues Immobilier). Les enjeux sont aussi nombreux que divers : s'adapter à l'essor des nouveaux services numériques et des énergies renouvelables, contrer la volatilité du prix de l'énergie et lutter contrer le dérèglement climatique. Ce premier projet est aussi un moyen de lever les verrous tant économiques, que réglementaires ou encore technologiques."