Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] French Tech, Creative Industry, ces labels sont-ils suffisants ?

Publié le par

Antoine Dematté, fondateur de TouchMods et de Dropy, s'interroge sur l'efficacité des labels French Tech et Creative Industry destinés à encourager l'économie numérique.

[Tribune] French Tech, Creative Industry, ces labels sont-ils suffisants ?

Aux États-Unis, le numérique a généré plus d'un point de croissance annuelle sur les trente dernières années, et moitié moins en France. Alors que la dynamique de ­l'e-­business est bien engagée grâce au label French Tech, les acteurs du numérique français font encore souvent figure d'amateurisme. Où en est-on de la reconnaissance de l'innovation made in France à l'international, quel bilan peut-on faire aujourd'hui ?

Ne nous flagellons pas... La révolution digitale pourrait booster la croissance française. Un pari risqué mais réaliste tant la France peut compter sur un tissu déjà dynamique de start-up. À elle seule, la région parisienne abrite 12 000 jeunes pousses, plus que Londres ou Berlin. De nouvelles pépinières ouvrent tous les jours. Comme les 300 autres incubateurs répartis dans les grandes villes de France, le Business Innovation Center (BIC) de Montpellier aide les start-up à grandir. Et les labels Creative Industry et French Tech sont autant d'atouts pour l'international.

La France et les "French Techers" sont en train de prendre une belle revanche à l'international. Non seulement le montant des levées de fonds a explosé depuis cette labellisation mais en plus, l'internationalisation est devenue une réalité pour de nombreux acteurs French Tech qui se sont déployés en Europe, aux États-Unis ou en Asie, rencontrant un vrai succès sur place. Après New York, Israël, Tokyo, San Francisco et Moscou en 2015, six nouveaux French Tech hubs ont été labellisés début 2016.

Des promesses à tenir

Le nouveau label Creative Industry porté par Business France devra aussi tenir ses promesses. Alors que l'industrie perd plusieurs dizaines de milliers d'emplois en France chaque année, le bouleversement numérique dans l'industrie est peut-être notre salut. Gageons que ce nouveau label redonnera sa place de premier plan à l'industrie française ; notamment dans sa conquête de l'international, sur le modèle de French Tech. Mais les défis restent nombreux. Pour la French Tech, comme pour Creative Industry, l'écosystème devra grossir et le financement privé prendre davantage le relais de la puissance publique si l'on veut que ces initiatives aient une happy end.

L'auteur

Antoine Dematté est le fondateur de TouchMods et de Dropy, PME spécialisée dans le drop-shipping entre e-commerçants.