Mon compte Devenir membre Newsletters

Le big data, une carte à jouer pour la compétitivité des PME

Publié le par

De la production au marketing, chaque département d'une entreprise est une mine de données. Avec le big data, tous trouvent une nouvelle utilité pour comprendre les processus, les améliorer, voire prédire certaines situations... et adopter la meilleure stratégie.

Le big data, une carte à jouer pour la compétitivité des PME

Joël Rubino, cofondateur de la start-up Apicube, spécialisée dans le traitement et l'analyse de grands volumes de données sur le Web, l'affirme : " On vit aujourd'hui, avec le big data, le même bouleversement qu'avec Internet il y a quelques années. " Grâce à lui, les entreprises peuvent notamment accroître leur connaissance client, mesurer la satisfaction de leurs consommateurs et veiller sur leur réputation en ligne.

Mais s'il est surtout associé à la fonction marketing, le big data ne s'y limite pas et touche tous les départements de l'entreprise. Ainsi, la R & D ou les services qualité peuvent étudier les causes les plus fréquentes des défauts dans la production, le service logistique peut identifier les meilleures solutions d'approvisionnement et les ressources humaines surveiller l'image de l'entreprise auprès des chercheurs d'emploi.

Les technologies récentes, plus accessibles et plus rapides, ouvrent la voie du big data aux petites entreprises, qui peuvent s'offrir un tel service pour quelques milliers d'euros. À titre d'exemple, une marque souhaitant analyser en français son image sur Internet (forum, réseaux sociaux, etc.) devra compter environ 20 000 euros. Un investissement raisonnable pour prendre l'avantage sur ses concurrents... ou conserver son avance.

Compiler des données internes et externes

Pourtant, le concept même de big data reste encore, pour beaucoup, méconnu. L'idée est simple : capter des informations de tout type - vidéo, texte, image, etc. - puis les envoyer vers un serveur où elles sont compilées et analysées à des vitesses de l'ordre de quelques téraoctets par heure. Soit un océan de données, quand 50 000 arbres seraient nécessaires pour imprimer un téraoctet d'informations.

Pour une entreprise, le big data consiste ainsi, dans un premier temps, à regrouper l'ensemble de ses données en interne, souvent cloisonnées par département. Elles sont ensuite croisées, analysées de façon transversale et agrégées avec des données extérieures, comme le taux de défaillance des entreprises, les indicateurs du commerce extérieur européen ou les informations issues des réseaux sociaux. Un processus qui peut aller d'une analyse en temps réel et au fil de l'eau à un traitement ponctuel de quelques minutes à quelques jours.