Mon compte Devenir membre Newsletters

Les nouvelles armes de François Hollande pour relancer l'emploi

Publié le par

François Hollande a annoncé le 28 avril 2014 sa double volonté de renforcer le contrat de génération pour qu'ils puissent bénéficier aux chômeurs longue durée et aux séniors, et d'ouvrir l'apprentissage aux demandeurs d'emploi "quel que soit leur âge".

Les nouvelles armes de François Hollande pour relancer l'emploi

© Présidence de la République

Confronté à une explosion du chômage, François Hollande a annoncé lundi 28 avril 2014 son plan de bataille jusqu'en 2017 pour relancer l'emploi. Le président de la République souhaite en premier lieu améliorer le contrat de génération. En place depuis mars 2013, ce dispositif lie l'embauche d'un jeune en CDI au maintien dans l'emploi d'un senior, moyennant une baisse des cotisations sociales de 2 000 euros pour chaque jeune embauché. "Le contrat de génération a rencontré jusqu'à présent un succès plus que mitigé. À peine 24 000 demandes d'aides ont été enregistrées à ce jour, contre un objectif de 75 000 et 500 000 sur tout le quinquennat", commente Alexia Alart Mantione, juriste en droit du travail et membre du réseau Exco.

La volonté du gouvernement est donc de réorienter ces contrats vers les séniors et les chômeurs longue durée. D'autant que le nombre des demandeurs d'emploi de plus de 50 ans a bondi de 12% sur un an. "Toutes les entreprises, et notamment les plus petites, n'ont pas forcément un sénior dans leurs effectifs. C'est pourquoi je propose que le dispositif soit amélioré et renforcé", a déclaré François Hollande. Désormais, les entreprises pourront percevoir une aide plus élevée si elles embauchent un senior (aide relevée si le recruté est un chômeur de longue durée).

Développer l'apprentissage

Deuxième instrument actionné par François Hollande? L'alternance. Le gouvernement se fixe l'objectif de créer 100 000 places de formations qualifiantes pour pourvoir 100 000 emplois d'ici 2017. "Ces emplois existent et ne demandent qu'à avoir des jeunes ou des moins jeunes qualifiés pour les occuper. La clé c'est la formation. Ce sont les pays qui investissent dans la formation, qui s'en sortent le mieux en matière de lutte contre le chômage. L'alternance doit devenir une voie de droit commun vers l'emploi", a martelé le chef de l'État.

François Hollande souhaite enfin que les chômeurs longue durée puissent bénéficier du statut d'apprenti (en principe réservé aux jeunes de 16 à 25 ans) "quel que soit leur âge", avec une rémunération "maintenue au niveau de l'indemnisation telle qu'elle est prévue". "Il y aujourd'hui des entreprises qui sont prêtes à accueillir des chômeurs en les rémunérant par leur crédit de formation professionnelle (...) pour qu'ils puissent être qualifiés dans l'entreprise, sans qu'il en coûte quoi ce soit à nos dispositifs existants puisque ce serait pris sur les fonds de formation professionnelle des dites entreprises", a détaillé le président de la République.

Ce programme de stabilité budgétaire doit encore être soumis au vote de l'Assemblée, qui débute le 29 avril 2014, puis transmis à la Commission européenne le 7 mai.

Visualisez le discours de François Hollande du 28 avril 2014