Mon compte Devenir membre Newsletters

Les business angels ont financé plus de 300 entreprises en 2014

Publié le par

En 2014, les business angels ont maintenu une forte implication dans les tours de table des startups françaises. Au total, 305 entreprises ont été financées et accompagnées au cours de l'année dernière, selon une étude de la Fédération France Angels.

Les business angels ont financé plus de 300 entreprises en 2014

Quoi de plus valorisant que de financer un projet bien construit et d'aider un jeune entrepreneur ? Selon une étude publiée mercredi 25 mars 2015 par la Fédération France Angels, le nombre d'investisseurs privés a augmenté. En 2014, ils sont plus de 4 440 à avoir financé des start-up, soit une augmentation de 3,5% par rapport à 2013.

Au total, ce sont plus de 300 entreprises, 305 précisément, qui ont été financées et accompagnées au cours de l'année passée. Le montant des investissements s'est élevé à 36,5 millions d'euros contre un peu plus de 41 millions d'euros en 2013.

Une part significative de cette baisse s'explique par l'arrivée à terme de la capacité d'investissement de nombreuses Sociétés d'Investissement de Business Angels (Siba). Soumises à de nouvelles contraintes réglementaires depuis 2009 et 2011, les Siba ont enfin vu la législation s'assouplir ce qui va permettre de voir apparaître de nouvelles structures dès cette année.

Près de 3 000 emplois concernés

Les investisseurs ont permis aux entreprises qu'ils accompagnent de bénéficier d'un montant global de financement de l'ordre de 110 millions d'euros. L'apport financier initial des Business Angels dans les jeunes pousses a contribué à la création et/ou maintien de près de 3 000 emplois directs et indirects en 2014.

La répartition sectorielle des investissements indique une forte concentration dans le secteur du digital (51%), suivi par la santé et les biotech (14%), les biens de consommation (8%), l'industrie et la chimie (7%). Le reste se partage entre les services et transports (6%), l'énergie et les "cleantechs" (5%), les médias (3%), la mode (1%) et autres (5%).


Méthodologie: étude réalisée auprès de 4 450 investisseurs privés regroupés au sein de 75 réseaux répartis sur l'ensemble du territoire