Mon compte Devenir membre Newsletters

Pourquoi la SARL n'est pas morte ?

Publié le par

Malgré une législation toujours plus rude la SARL a encore quelques beaux jours devant elle. Tout simplement parce qu'elle incarne le plus grand nombre de sociétés crées par années sans salarié.(Environ 2,4 millions par an)

La SARL a certes moins la côte que la SAS

Malgré l'explosition des cotisations sociales depuis le 1er janvier 2013 (de +12 à +40%), le statut TNS n'est pas encore mort et dispose d'encore quelques avantages comme  la liberté de choix de prévoyance, la liberté du choix de rythme des cotisations retraites.

Pourtant sa simplicité de création peut séduire en fonction du secteur d'activité et de la rareté des formalités qu'elle requière.

Si la tentation est grande de passer de SARL à SAS pour changer de statut de TNS à dirigeant, la SAS reste plutôt réservée aux entreprises à croissance rapide mobilisant des investisseurs et un capital plus complexe que la SARL.

Environ 95% des créations d'entreprise se font sans salariés.

La SARL est  plus adaptée aux auto-entrepreneurs qui souhaitent sauter le pas et créer une vraie entreprise. Elle s'adapte tout à fait à une activité professionnelle commerciale, industrielle, artisanale, libérale (on parlera alors de SELARL) ou agricole.  

La SARL nécessite un capital de départ de 1 euro. C'est donc pour résumer le type de création qui s'impose pour les entreprises de subsistance prévues pour générer les revenus de l'entrepreneur lorsqu'il est seul.

De plus :

La petite SARL ne nécessite pas de commissaire aux comptes.
L'annonce légale de création de SARL est 20% moins chère que celle de SAS.