Mon compte Devenir membre Newsletters

[Start-up] Paskap fait ses premiers pas dans la chaussure made in France pour bébé

Publié le par

Depuis juillet 2014, Karine Coutière développe son atelier de chaussures pour nourrissons "PasKap !". Ses modèles haut de gamme sont pour l'heure vendus sur son site e-commerce. À terme, la fondatrice landaise n'exclut pas de se diversifier vers la sous-traitance et lorgne sur l'export.

[Start-up] Paskap fait ses premiers pas dans la chaussure made in France pour bébé

L'histoire de "PasKap !", c'est d'abord celle d'un pari. Celui de Karine Coutière, face à la désindustrialisation de son territoire. À 42 ans, elle a créé en juillet dernier son entreprise de fabrication de chaussures pour nourrissons. La tentative de la dernière chance pour cette ancienne styliste modéliste de la marque Baby-Love qui a perdu par deux fois son emploi depuis 2008. "Après le dernier licenciement en 2013, soit je me lançais à mon compte, soit je me reconvertissais. En à peine une semaine, ma décision était prise", raconte Karine Coutière, soutenue financièrement par son beau-père pour lancer l'activité.

Pied de nez au destin, ce n'est autre qu'à Labrit, dans les locaux de l'ancienne usine landaise de Baby-Love, que l'entrepreneuse confectionne désormais ses souliers faits mains écoresponsables. "Marianne Hourquet, l'ex-directrice du site, me loue l'atelier dans lequel j'ai installé mes propres machines", détaille la dirigeante qui travaille pour le moment toute seule au développement de son entreprise.

Écoresponsable

Karine Coutière, fondatrice de PasKap!(Crédit : D.R.)

Ici, impossible de concurrencer les produits asiatiques low cost. C'est donc sur le haut de gamme que se positionne la créatrice avec une douzaine de modèles de chaussures pour bébés couchés. Comptez 60 euros en moyenne pour une paire PasKap !, commercialisée pour l'heure uniquement sur le site e-commerce de la marque.

"Le prix peut bloquer certaines personnes. Mais je pense que beaucoup de consommateurs sont aujourd'hui en quête de produits de qualité. Je réalise un important travail de sourcing des matières premières. La plupart d'entre elles sont biologiques ou traitées de manière écologique, sans métaux lourds". Résultat, Karine Coutière collabore avec un peu moins de dix fournisseurs, pour la majorité français. Un parti-pris qui lui a permis d'obtenir le label Origine France Garantie.

Depuis le lancement du site internet en octobre 2014, la dirigeante gère environ une quarantaine de commandes par mois. L'objectif est d'atteindre dès 2015 la vente mensuelle d'au moins 200 paires, ce qui lui garantirait un chiffre d'affaires d'environ 150 000 euros pour le second exercice. "Une marque de chaussures landaise m'a, par ailleurs, récemment proposé de fabriquer une partie de sa production. La sous-traitance représente pour moi une autre piste intéressante de développement."

Haro sur la diversification

Pour l'heure, la priorité est d'abord de se faire connaître du plus grand nombre. Déplacements sur les salons spécialisés et grand public (ex : le salon Made in France à Paris), relations presse, prospection auprès de détaillants de la région, communication sur les réseaux sociaux... La dirigeante dispose de peu de moyens mais de plusieurs soutiens. Elle s'est notamment alliée avec d'autres entreprises aquitaines pour mener des actions de communication groupées.


Après les chaussures, l'entrepreneuse réfléchit déjà à la suite. "Je viens de déposer les dessins et modèles d'un premier prototype de pyjama pour bébé en coton biologique", avance Karine Coutière. Afin de financer son industrialisation, elle songe notamment au crowdfunding, une autre manière de faire parler d'elle. La dirigeante, créatrice dans l'âme, souhaite de même concevoir de nouvelles références de chaussures.

"Si l'activité se développe, je vais devoir embaucher. J'ai la grande chance de pouvoir compter sur la compétence et la disponibilité d'anciennes ouvrières de Baby-Love prêtes à me rejoindre, se réjouit Karine Coutière. Au fond, c'est d'abord un savoir-faire qui peut disparaître que je veux défendre aujourd'hui en France, et demain à l'export." Qui a dit que l'industrie et l'artisanat français ne sont PasKap de se réinventer et d'avancer ?

PasKap

Activité : Fabrication de chaussures pour bébés

Ville : Labrit (Landes)

Forme juridique : SAS

Dirigeants : Karine Coutière, 43 ans et Dominique Coutière 63 ans

Création : juillet 2014

Effectif : 1 personne

CA : Non significatif