Mon compte Devenir membre Newsletters

5 fausses idées sur les entrepreneurs

Publié le par

Riches, sur-diplômés, innovants... Les entrepreneurs passent souvent, a tort, pour une "espèce à part". Le point sur quelques mythes dont font l'objet les créateurs et dirigeants d'entreprises.

5 fausses idées sur les entrepreneurs

Les créateurs d'entreprise sont très diplômés

FAUX. Les créateurs d'entreprises ne sont pas bardés de diplômes. La majorité d'entre eux (57%*) ont d'ailleurs un niveau inférieur ou équivalent au secondaire, dont 12% sans aucun diplôme. En revanche, les bac +5 sont plus rares dans le monde de la création d'entreprise : seuls 17% sortent d'une grande école ou d'un master universitaire.

Il faut beaucoup d'argent pour créer son entreprise

FAUX. Plus des deux tiers des entreprises sont créées avec moins de 16 000 euros, dont plus d'un tiers avec moins de 4 000 euros. Ces frais minimum sont inhérents au projet de création et comprennent des coûts comme le loyer, les formalités administratives et la trésorerie initiale. Toutefois, d'autres peuvent s'y ajouter comme l'achat de matériel, le dépôt de brevets, la constitution de stocks, etc. "L'investissement nécessaire pour créer son entreprise dépend beaucoup du secteur, modère Nathalie Carré, chargée de mission entrepreneuriat à la CCI France. Une entreprise dans les NTIC aura besoin de 2000 euros tandis qu'un restaurant devra débloquer beaucoup plus de fonds".

La pérennité des entreprise liée au diplôme des dirigeants et à l'investissement initial

Si ces deux premiers points sont vrais au stade de la création, le mythe devient réalité lorsque l'entreprise vieillit. En effet, la pérennité d'une entreprise est étroitement corrélée au niveau d'étude de son créateur et au niveau d'investissement initial.

Ainsi, seules 44 % des entreprises créées avec moins de 4000 € sont toujours en activité après cinq ans, contre plus de 60 % de celles créées avec plus de 40 000 €, et 66 % avec 160 000 euros ou plus.

De même, plus le créateur est diplômé, meilleures sont les chances de pérennité de son entreprise. En 2011, 62 % des entreprises de la génération 2006 dont les créateurs ont un bac+5 sont encore actives. Soit 12 point de plus que le taux moyen de pérennité des entreprises crées cette même année.


Il faut une idée innovante pour créer son entreprise

FAUX. 64% des créateurs d'entreprise se lancent sans introduire de produits ou de services nouveaux. Toutefois, une fois créée, la pérennisation de l'entreprise passe souvent par une innovation dans le business model et par une certaine différenciation dans son marché. On peut alors parler d'innovation au sens large. "S'il est rare d'introduire une innovation de rupture dans les produits ou les services, les entrepreneurs innovent souvent sans percevoir la nouveauté dans leur stratégie", concède Nathalie Carré.

Les entrepreneurs sont riches

FAUX. Le salaire médian des dirigeants non-salariés est quasiment identique au salaire médian français : 21 000 € (contre 20 720 €). Une réalité qui s'explique par le très grand écart type qui existe entre les dirigeants des (rares) grandes entreprises et ceux des TPE, beaucoup plus nombreuses, dont le chiffre d'affaires annuel est en moyenne inférieur à 180 000 €.

Les entrepreneurs recherchent avant tout la richesse

FAUX. Parmi les motivations revendiquées par les entrepreneurs, la recherche de l'indépendance arrive très largement en tête pour 61% d'entre eux. Vient ensuite le goût d'entreprendre et d'affronter de nouveaux défis (44%). Le désir d'augmenter ses revenus n'arrive qu'en troisième position et concerne 27% des entrepreneurs.

*Chiffres INSEE avril 2013 et Observatoire des porteurs de projets CCI Entreprendre 2013