Mon compte Devenir membre Newsletters

Vincent Ricordeau, l'Elon Musk de la finance

Publié le par

Après KissKissBankBank et Hello Merci, Vincent Ricordeau et ses deux associés, ont lancé Lendopolis. Trois plateformes de crowdfunding dont l'essence est de forcer la finance à repenser son rapport à l'homme et à la société. Rien de moins.

Vincent Ricordeau, l'Elon Musk de la finance

Le timide, chez Kiss­KissBankBank, n'a clairement pas sa place. Ici, tout s'entend, se dit, se sait. Pas question de s'isoler, de compartimenter, de diviser. "Pour être seul, la seule solution, c'est les toilettes", plaisante, mais pas tout à fait, le fondateur, Vincent Ricordeau. L'organisation est librement inspirée du lean management, et ça se voit. Ici, aucune cloison ni salle de réunion ne viennent heurter le flux collaboratif des salariés, dont l'organisation, en mode projet, ne vise qu'un seul impératif : l'innovation. C'est que, sous ce tropique bobo parisien, dans ce vaste open space, situé, tel un clin d'oeil bien senti, Passage du Paradis, on est bien décidés à, ni plus ni moins, repenser le système financier mondial. Et l'équipe de 15 salariés, menée par les trois cofondateurs, a déjà commencé. Après le don aux particuliers avec KissKissBankBank en 2009, le prêt solidaire avec Hello Merci en 2013, Vincent Ricordeau, sa femme, Ombline Le Lasseur, et le cousin de celle-ci, Adrien Aumont, s'attaquent, depuis septembre 2014, aux prêts rémunérés aux entreprises. Précurseurs, ils ont été, avec Lendopolis, les premiers à s'engouffrer dans la brèche ouverte par la nouvelle réglementation qui, depuis le 1er juillet, autorise les PME à emprunter aux internautes jusqu'à 1 M€.

Stricts critères de sélection

Mais pour profiter des taux de crédit attractifs (entre 4 et 10 %), encore faut-il répondre aux très stricts critères d'acceptation du dossier (deux ans d'existence, projet défini, bilan et business plan visés par un expert-comptable). Sur les 400 que la plateforme a reçus pour son lancement, elle n'en a sélectionné qu'une trentaine. "Nous visons, pour notre première année, le zéro taux de défaut", assène le père de deux enfants.

Grand prix des Chefs d'entreprise : votez pour le dirigeant 2015

Pour autant, Vincent Ricordeau le dit et le répète : Lendopolis n'est pas, loin s'en faut, un établissement bancaire nouvelle génération. "Pour les PME, il ne s'agit pas d'ouvrir un guichet de crédit supplémentaire, mais de constituer une communauté d'investisseurs qui suivent et supportent un projet. L'autre grande différence, c'est que notre analyse se fait, non pas sur l'historique, mais à l'instant T et sur le prévisionnel, insiste l'homme de 45 ans. Nous restons fidèles, en cela, aux principes du crowdfunding, actuellement dévoyés par les mauvais réflexes de la finance." Comprenez par là ses concurrents, qui lancent les projets de grands noms qui ont pourtant un accès aisé aux crédits.

Les vastes promesses du crowdfunding

C'est que Vincent Ricordeau aime à se comparer autant à ses rivaux qu'à ses modèles. Pas étonnant que, parmi eux, figurent Richard Branson ou Elon Musk. "Leur courage à bouleverser l'ordre établi, à imaginer des systèmes inédits, à oser transformer, c'est tout simplement génial", s'enthousiasme-t-il. Une ambition qu'il est bien déterminé à déployer par la création, bientôt, d'une quatrième plateforme dédiée aux start-up et fondée sur un système, non pas de prêts, mais d'actions. "Je ne suis pas, comme mes détracteurs aiment à le croire, un altermondialiste ou un Bisounours. Je sais que l'argent se rémunère par l'argent. Mais je crois sincèrement que le crowdfunding peut changer la finance de l'intérieur pour l'humaniser."

Repères

Raison sociale : Lendopolis
Activité : crowdfunding
Ville : Paris (Xe arr.)
Forme juridique : SARL
Dirigeants : Vincent Ricordeau, 45 ans, Ombline Le Lasseur, 38 ans, Adrien Aumont, 30 ans
Année de création : 2009
Effectif 2014 : 10 salariés
Effectif 2015 : 15 salariés
CA 2013 : 1,4 M€
Résultat net : 120 k€