Mon compte Devenir membre Newsletters

Discours de Manuel Valls : ce qu'en pense le patronat

Publié le par

Manuel Valls a envoyé un signal positif aux entrepreneurs lors de son discours de politique générale mardi 16 septembre 2014. Globalement satisfaites de la tonalité de cette intervention, les associations patronales attendent désormais des mesures concrètes de la part du gouvernement.

Discours de Manuel Valls : ce qu'en pense le patronat

Lors de son intervention à l'université d'été du Medef en août, Manuel Valls s'était clairement positionné en défenseur des entreprises françaises. Le chef du gouvernement a réitéré ce message mardi 16 septembre à l'occasion de son discours de politique générale prononcé à l'Assemblée Nationale.

"Aider nos entreprises, ce n'est pas un choix idéologique, c'est un choix stratégique", a déclaré Manuel Valls devant les députés. Le Premier ministre a rappelé l'action du gouvernement en faveur des entreprises, en soulignant notamment la mise en place du Cice, ainsi que le Pacte de responsabilité et de solidarité. "Ces dispositifs commencent à produire leurs effets", a estimé le Premier ministre, tout en concédant que "ces mesures nécessiteront du temps pour porter pleinement leurs fruits." Sur le plan du financement des entreprises, Manuel Valls a également appelé à ce que l'Etat oriente l'épargne des Français vers l'économie réelle.

Des paroles... et des actes

Un discours qui a fait mouche chez les représentants du patronat. "Nous sommes d'accord", s'est félicité Pierre Gattaz dans un billet de son blog, évoquant une "bonne nouvelle qu'il faut saluer positivement". Pour le président du Medef, le discours du Premier ministre et le vote de confiance positif qui en a découlé "participent au rétablissement de la confiance indispensable pour retrouver la croissance et l'emploi".

Mais pour l'avenir, Pierre Gattaz espère du concret : le patron des patrons réclame "des propositions qui sortent des cadres convenus", et surtout du courage pour appliquer les réformes. "Il faut préparer les esprits, en discuter et les partager avec les salariés, les fonctionnaires, les citoyens", espère-t-il.

Une vision partagée par le Club des Entrepreneurs, pour qui tout prouve la nécessité de réformer le modèle français." "Il n'existe aucune fatalité à l'effondrement de nos comptes extérieurs et à l'envolée du chômage. Il suffit d'entamer les réformes nécessaires pour redresser notre compétitivité", a affirmé Guillaume Cairou, président de l'association.

Même réaction du côté de Croissance Plus, qui a salué le discours de Manuel Valls sur son fil Twitter, tout en insistant sur la nécessité de transformer l'essai via des mesures concrètes.


Le discours de Manuel Valls a également suscité des réactions plus mitigées. La CGPME a regretté le silence de Manuel Valls sur le sujet de la réforme du Code du Travail. Ne pas dire un mot sur le sujet de cette réforme "indispensable" était une "erreur majeure", a critiqué l'organisation patronale dans un communiqué. Celle-ci a par ailleurs appelé le gouvernement à "ne pas sacrifier le commerce de proximité", souhaitant que le dialogue reprenne "au-delà des seuls représentants des grandes entreprises."