Mon compte Devenir membre Newsletters

La Haute-Garonne veille sur ses TPE-PME

Publié le par

En Midi-Pyrénées, une trentaine de partenaires publics et privés de Haute-Garonne - banques, experts comptables, CCI de Toulouse... - se sont mobilisés pour les TPE/PME régionales en vue de détecter, prévenir, mais aussi dédramatiser leurs difficultés.

La Haute-Garonne veille sur ses TPE-PME

Le 25 février 2014, la Préfecture a lancé le site www.tpe-pme-prevenir-31.com. Objectif : aider les petites et moyennes entreprises (TPE/PME) à trouver le bon interlocuteur parmi tous ces partenaires publics et privés, soit celui capable de leur fournir les informations et/ou le soutien qu'elles recherchent.

Le message est clair : il faut parler ! " Le chef d'entreprise ne doit pas rester isolé, surtout s'il a des difficultés ", insiste Marianne Brouat, chargée d'études au SGAR Midi-Pyrénées. Concentré sur son coeur de métier, il ne voit pas toujours que son entreprise se dégrade. Pour autant, il n'est pas le seul dans ce cas. Il faut donc dédramatiser : il existe toujours des solutions !

Pour y parvenir, ce site web se veut surtout informatif, et sert de boîte aux lettres pour communiquer avec diverses instances. A terme, il pourrait être plus interactif. En ligne, les dirigeants peuvent suivre trois étapes, caractérisées par des onglets sur la page d'accueil : anticiper, détecter et traiter les difficultés. Dans chaque rubrique, un outil de diagnostic est disponible, avec des informations et les coordonnées postales des instances utiles (établissements financiers, chambres consulaires, organismes économiques et sociaux) en lien avec la gravité des problèmes rencontrés.

Les chefs d'entreprises peuvent également poser des questions sous couvert d'anonymat s'ils le souhaitent. Leurs demandes sont alors orientées par la préfecture et la CCI de Toulouse vers le bon interlocuteur.

Cette opération, née d'une coopération originale pour la présentation des dispositifs publics et privés d'accompagnement des entreprises en Haute-Garonne, pourrait être dupliquée ailleurs. " Pour l'instant, ce n'est pas le cas ", précise Marianne Brouat. Mais, pourquoi ne pas y penser... Un bilan de la fonctionnalité du site et du trafic devrait être dressé fin 2014.