Mon compte Devenir membre Newsletters

La Jeune chambre économique française distingue l'innovation

Publié le par

La Jeune chambre économique française (JCEF) a profité de son congrès annuel, le 7 novembre à Nantes, pour récompenser les lauréats de son concours européen de l'entreprise innovante. Présentation de trois d'entre eux.

La Jeune chambre économique française distingue l'innovation

Kineti Technologies

Ce fabricant de bornes et de tables tactiles aura bien besoin de cette distinction. Car les ambitions de cette société bourguignonne de 8 salariés sont grandes. D'un chiffre d'affaires de 762K€, elle est bien décidée à atteindre, d'ici 2017, les 10 millions d'euros. Il faut dire que, selon la TPE, le marché est gigantesque. "Outil pédagogique pour les enfants, les tables tactiles sont d'efficaces outils marketing pour les entreprises, quand elles serviront, en points de vente, pour créer de l'ambiance ou interagir avec les consommateurs", explique Guillaume Merrouche, l'un des deux créateurs. Pour le conquérir, elle s'appuie sur son site de R&D et de production de Mâcon, des synergies avec les autres start-ups de la Cité de l'entreprise, ainsi que de ses partenariats avec les centres de recherche de la région. Dans l'immédiat, Kineti Technologies ouvre un second programme de R&D pour concevoir un prototype complet multi-utilisateurs, gagnant en fluidité des interactions et en précision des actions.

Ino Recyclage

Il en a parcouru du chemin Jean-Christophe Blondet depuis la création, en 2010, d'Ino-Recyclage. Il lance alors sans apport personnel et sur prêt bancaire étudiant une société de collecte de papier de bureau. Après deux ans sans salaire, il embauche son premier salarié reconnu travailleur handicapé. Et établit l'ambition de sa structure : créer de l'insertion positive. Fidèle à ce credo, elle s'est développée pour atteindre, en 2014, 350 K€ et employer 13 personnes, dont 12 en situation de handicap. Une réussite qu'elle doit à la réussite de ses successives diversifications (recyclage des archives, du mobilier de bureau, des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE)). En mai 2014, Jean-Christophe Blondet fonde l'association Nouvelle Vie qui revend les petits meubles à un réseau solidaire de créateurs d'entreprises. Autant d'activités soutenues par un investissement élevé, 101K€ en 2014. Loin d'en rester là, Ino-Recyclage vise, pour 2017, les 470K€ de CA grâce à l'élargissement de ses activités sur toute l'Auvergne et la récupération spéciale d'objets encombrants.

Melting Pot

Selon l'institut Lux Research, le marché des toits végétalisés devrait croître, d'ici 2017, de 70 %. On comprend donc que Melting Pot, spécialisée dans l'installation de tapis végétaux provenant de Belgique (2 000 m2 en 2014), cherche à s'y implanter. Pour ce faire et se démarquer de sa centaine de concurrents, la société de deux salariés, créée en 2007 et basée à Périgny (Charente-Maritime), innove avec une solution de toiture végétalisée entièrement recyclée. Fonctionnant en circuit court, elle valorise les déchets industriels de l'un de ses voisins en faisant de ses sacs de jute de café les supports de ses toits. Ecologique, l'initiative est également sociale, les sacs étant cousus par un ESAT rochelais.

Une initiative grâce à laquelle Brice Rodriguez, le dirigeant, espère bien atteindre, d'ici 2016, 330 k€ de chiffre d'affaires, contre 240 k€ en 2013 avec un taux de marge dépassant les 60 %.