Mon compte Devenir membre Newsletters

Les "pros" n'ont pas le moral

Publié le par

Le moral des travailleurs indépendants et dirigeants de TPE s'est dégradé depuis octobre 2012. C'est le principal enseignement de la 2e édition du Baromètre des Pros, réalisé par l'institut BVA pour Aviva.

Le moral des 'pros' se détériore

Le moral des "pros" se détériore

Les "professionnels", c'est-à-dire les travailleurs indépendants et les dirigeants de TPE, sont encore plus pessimistes qu'en octobre 2012. C'est ce qu'il ressort de la 2e édition du Baromètre des Pros*, réalisé par BVA pour Aviva et publié en avril. Près des deux tiers des pros interrogés sont pessimistes vis-à-vis de leur situation économique (60 % vs 57 % en octobre 2012). Leur principale source d'inquiétude? L'impact de la crise sur leur activité pour un tiers d'entre eux (30 %). Mais aussi, et l'item est en pleine progression, un quart des professionnels est inquiet sur les évolutions de la fiscalité.

Ralentissement marqué de l'activité

Une dégradation de l'indice de confiance fortement corrélée par la baisse des indicateurs d'activité professionnels. Plus de la moitié des dirigeants interrogés (55 %) déclarent être en dessous de leurs prévisions pour 2013. Ils n'étaient encore "que" 44 % dans ce cas en octobre 2012. Une situation plus marquée pour les artisans, puisque deux tiers d'entre eux ne pensent pas atteindre leurs objectifs pour 2013 (61 %). À l'inverse, 58 % des start-up informatiques estiment que leurs prévisions d'activité pour 2013 sont en ligne avec leurs objectifs.

La majorité des pros toujours satisfaite d'exercer son métier

Malgré un ralentissement certain de leur activité, les professionnels restent satisfaits de leur métier (70 %). En revanche, les artisans sont beaucoup moins satisfaits qu'ils ne l'étaient en octobre 2012 (66 % vs 80 %).

Par ailleurs, trois pros sur quatre (74 %) demeurent convaincus que leur image auprès du grand public est bonne.

* Enquête réalisée par l'Institut BVA du 18 février au 11 mars 2013, pour Aviva, auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet et d'un échantillon de pros (1?015 personnes), c'est-à-dire de travailleurs indépendants et de chefs d'entreprise employant moins de 10 salariés, interrogés par téléphone.