Mon compte Devenir membre Newsletters

Les sociétés françaises déposent de plus en plus de brevets malgré la crise

Publié le par

Selon les chiffres de l'Office européen des brevets (OEB) rendus publics le 6 mars 2013, les entreprises françaises ont déposé 2,2 % demandes de plus qu'en 2011, ce qui classe notre pays à la sixième place mondiale.

Les sociétés françaises bravent les incertitudes économiques et déposent davantage de demandes de brevet, voilà l'enseignement que l'on peut tirer des chiffres publiés le 6 mars 2013 par l'Office européen des brevets (OEB). En effet, la capacité d'innovation de l'Europe ne cesse de progresser: le nombre de demandes de brevet déposées auprès de l'organisme en provenance des 38 Etats membres de l'Organisation européenne des brevets a dépassé le niveau record de 2008 et a atteint un nouveau sommet en 2012.

En Europe et en France

Au total, l'OEB a enregistré 257.744 dépôts, soit une hausse de 5,2% par rapport à 2011 (244.934), ce qui constitue un nouveau record. Les demandes en provenance d'Europe ont progressé de 2,3%. La plus forte croissance est venue de Chine (+11,1%), de Corée (+9,3%) et du Japon (+9,1%).
Les demandes de brevet provenant d'entreprises françaises ont poursuivi leur progression l'année dernière. Avec 12.159 dépôts auprès de l'OEB, soit 2,2% de plus qu'en 2011, la France se classe désormais 6eme au niveau mondial et, avec une part de 12,9% du total, est le deuxième pays le plus actif en Europe.

"La croissance du nombre de demandes déposées par des entreprises européennes est un signe clair que celles-ci ont décidé d'innover pour sortir de la crise économique" a estimé le Président de l'OEB, Benoît Battistelli, lors de la présentation des résultats 2012 de l'Organisation à Bruxelles. Les demandes de brevet d'aujourd'hui sont les innovations de demain. Les résultats confirment que l'Europe n'est pas seulement une région de premier choix en matière de recherche et développement, mais qu'elle est aussi perçue comme un lieu sûr pour l'innovation par les entreprises exportatrices et créatrices de technologie", a-t-il ajouté.