Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] Entreprise et École : creusets de citoyenneté

Publié le par

Désindustrialisation, chômage, ghettoïsation, radicalisation, montée des extrêmes... La racine du mal est-elle religieuse, politique... ou économique ? Pour redonner espoir à la jeunesse, la solution passe par plus de lien entre l'école et l'entreprise.

[Tribune] Entreprise et École : creusets de citoyenneté

On ne peut pas tout attendre de l'École

Notre modèle social est à bout de souffle. Notre compétitivité est en berne. La croissance est atone. Les flux financiers du système libéral sont essentiellement attirés par la rentabilité immédiate. Ils devraient pourtant flécher les entreprises où se trouvent les emplois de proximité, c'est-à-dire vers nos PME responsables. À partir de ces constats, comment redonner des perspectives d'avenir à des jeunes dont le quart est au chômage ? Comment empêcher les plus fragiles d'entre eux de se marginaliser dangereusement ? L'École est impuissante à relever ce défi.

En dépit de son volontarisme, nous ne devons pas trop espérer du corps enseignant. Encore moins du ministère de l'Éducation nationale, dont la réactivité et la capacité à se remettre en question ne sont pas les principales qualités. Une piqûre de rappel sur la laïcité est certes salutaire, mais celle-ci ne constitue aucunement un traitement de fond pour guérir, et encore moins un vaccin pour prévenir.

L'entreprise a une vocation citoyenne

La performance économique d'une entreprise est certes nécessaire, mais pas suffisante. La responsabilité de l'entreprise est d'accueillir les diversités, d'accompagner l'insertion, de faciliter la vie collective, au-delà des différences. C'est du moins la conception que nous en avons au Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise, dont l'ambition est de mettre "l'économie au service de l'Homme".

L'Entreprise a donc un rôle à jouer. École et Entreprise constituent des lieux d'apprentissage de la citoyenneté. Dans l'une comme dans l'autre, l'individu s'y accomplit, y gagne en reconnaissance, en connaissances. Il s'insère dans un collectif, trouve sa place dans un projet qui le dépasse, avec les autres. Voilà pourquoi il importe de rassembler École et Entreprise, voilà pourquoi elles doivent développer des synergies pour armer les générations futures aux défis qui les attendent. Voilà tout le sens de la journée "C'toi qui décides", organisée par le CJD le 31 mars.

Le 31 mars, École et Entreprise, main dans la main

Partout, cette journée fera se rencontrer 2000 entrepreneurs et 25 000 collégiens, lycéens et étudiants. Signalons les initiatives suivantes :

- Speed-dating d'embauche au lycée Chevrollier avec débriefing individuel et collectif a` Angers

- Montage de 15 sociétés fictives par plus de 120 jeunes du Val d'Oise a` l'ESSEC Cergy

- Top Chef : 14 Jeunes Dirigeants deviennent les commis de 30 élèves du lycée hôtelier Jacques Coeur a` Bourges pour un concours culinaire sous le regard d'un jury d'Étoilés Michelin

- Jumelage entre 100 PME et 100 établissements scolaires a` Lille

Et bien d'autres actions encore, en point d'orgue de toutes les actions menées tout au long de l'anne?e par les entrepreneurs du CJD, souvent avec d'autres associations qui témoignent de leur engagement citoyen sur leurs territoires. Car c'est aussi leur mission.

Richard Thiriet dirige le groupe CNI à Saint Nazaire. Il est convaincu que les PME des territoires sont les seules solutions pour l'emploi.