Mon compte Devenir membre Newsletters

[Enquête] PME françaises, le monde vous appartient

Publié le par

Aéronautique, luxe, biotech, agroalimentaire, industrie chimique... La liste des secteurs dans lesquels nos entreprises brillent à l'international est longue et pourrait encore s'agrandir, sous l'impulsion de politiques publiques incitatives...

[Enquête] PME françaises, le monde vous appartient

Nouveau crédit export pour les PME, création de Business France, organisation du premier forum des entreprises à l'international, lancement d'une banque pour l'export... Depuis le début d'année, le gouvernement passe à l'offensive pour relancer les exportations françaises. Parmi les dernières mesures en date, la création, fin mars, du Conseil stratégique de l'export (CSE), présidé par Matthias Fekl, secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger. La mission du Conseil: coordonner le déploiement du plan d'actions gouvernemental dédié au soutien des filières exportatrices d'avenir afin de rééquilibrer la balance commerciale du pays.

Il faut dire que l'enjeu est de taille. Même s'il s'est réduit, le déficit commercial de l'Hexagone grimpe à 53,8 milliards d'euros en 2014. De quoi apporter de l'eau au moulin de la horde de "déclinistes", pessimistes et autres adeptes du "french bashing".

Pourtant, sur de nombreux plans, la France n'a pas à rougir de sa situation économique à l'international (voir l'infographie "Portrait-robot d'une France qui gagne"). La bonne santé de secteurs tels que ­l'aéronautique1, le luxe, la santé ou encore l'agroalimentaire est liée à l'excellence de ces savoir-faire historiques "à la française". Une dynamique qui maintient l'Hexagone au sixième rang du classement des pays exportateurs de marchandises, derrière la Chine, les États-Unis, l'Allemagne, le Japon et les Pays-Bas, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale du commerce (avril 2015). Elle arrive même en quatrième place des exportations de services commerciaux. Des positions qui pourraient se renforcer cette année grâce aux effets cumulés de la baisse des prix du pétrole, de la dépréciation de l'euro et de l'amélioration de la conjoncture intérieure.

Une nouvelle dynamique ?

Valorisation de la "marque France", plans industriels stratégiques, investissements d'avenir... Outre l'action gouvernementale, le pays peut s'appuyer sur un vivier de nouvelles pépites positionnées sur des secteurs de pointe où l'Hexagone ne se distinguait pas particulièrement jusque-là, pour redorer son image sur la scène internationale. De Giroptic et sa caméra HD 360° à Withings (voir photo ci-contre) et ses objets de santé connectée, en passant par Devialet avec son enceinte Wi-Fi très haut de gamme ou encore Hexo+, qui propose un drone autonome, et Cityzen Sciences, dont le tee-shirt connecté mesure l'activité cardiaque, l'imposante délégation française envoyée au Consumer Electronic Show de Las Vegas en janvier 2015 (120 entreprises, dont 66 start-up) a, à ce titre, marqué les esprits.

Certains diront que le vainqueur du salon des technologies est, cette année, le téléviseur 4K. D'autres diront qu'il s'agit des voitures connectées. Ils ont tort. Le champion du CES est la France, commentait même Jason O. Gilbert, journaliste américain chez Yahoo Tech, à propos de l'événement. On n'imagine pas la France comme un centre technologique international, comparée aux États-Unis, à la Chine, à la Corée et au Japon. Mais ces dernières années, les start-up françaises ont lancé de nouveaux produits incontournables, en alliant ingéniosité, intelligence, conception et vision de l'avenir", poursuit-il. Et les "frenchies" ne se limitent pas à l'innovation produits... Cliquez ici pour continuer la lecture sur la page suivante.

(1) Excédent commercial record en 2014, de 23,6 Mds€