Mon compte Devenir membre Newsletters

[Inspiration] Les 3 pratiques collaboratives de l'incubateur US French Accelerator

Publié le par

Laurent Ruben a fondé, avec cinq partenaires, un accélérateur de start-up dans la Silicon Beach de Los Angeles. Pour encourager les jeunes pousses à s'expatrier , French Accelerator propose trois méthodes (à reproduire).

[Inspiration] Les 3 pratiques collaboratives de l'incubateur US French Accelerator

Créé en 2015 et lancé officiellement en mars 2016, French Accelerator regroupe une équipe de 22 consultants choisis pour leur profil à haut niveau de compétence et leur expérience, afin d'accompagner au quotidien sur 12 mois les six premières start-up à faire partie du programme d'accélération. Six jeunes pousses rejoindront l'aventure plus tard. Voisine de la Silicon Valley, aux abords de San Francisco, la Silicon Beach est méconnue alors que la seule ville de Los Angeles compte 368 000 employés dans la haute technologie pour un PIB de 860 milliards de dollars en 2014. 44 incubateurs de start-up y sont installés ainsi que 900 start-up et 1 000 groupes technologiques (Tinder, Google, Snapchat, Yahoo). Très attractive, Los Angeles attire 60 000 Français qui y vivent à l'année, sur un total de 300 000 expatriés aux États-Unis.

P-dg et fondateur de French Accelerator, Laurent Ruben est installé à Los Angeles depuis plusieurs années. Pour s'adapter au rythme de travail américain et faire avancer sur la voie du succès les start-up soutenues par son accélérateur, il a adopté trois techniques qui ont fait leurs preuves.

Laurent Ruben, p-dg de French Accelerator et Estelle Garnier, Directrice Marketing et Opérations.


Alterner les tranches horaires

Pour assurer une productivité en continu, Laurent Ruben a adopté des horaires de travail en décalé avec son associé installé dans les locaux parisiens. Quand il commence à Los Angeles à 6 heures du matin et achève sa journée à 17 heures, son associé, chargé du sourcing des jeunes pousses, travaille de 11 heures à 22 heures. Ainsi, le contact perdure sans coupure. Ce travail en multi-fuseaux horaires s'est imposé comme une nécessité. Les deux associés reçoivent en effet une vingtaine de dossiers de candidature au programme de French Accelerator par semaine dont ils se répartissent l'étude.

Gain de temps et transparence

Pour ces 20 dossiers qui arrivent chaque semaine, les associés ont pris un engagement : passer systématiquement 45 minutes au téléphone avec les candidats pour écouter leurs motivations. Une véritable implication qui demande un découpage intelligent du temps de travail. Laurent Ruben fait appel aux outils du numérique, et notamment à l'application de partage d'agenda Calendly. Cette application en Saas ou sur mobile permet au propriétaire de l'agenda de donner l'accès à certaines de ses tranches horaires pour prendre rendez-vous avec lui. Les personnes s'inscrivent en autonomie sur les créneaux disponibles en se connectant via l'application. Et pour inciter à employer cette méthode, Laurent Ruben a répandu l'adresse du calendrier partagé sur les réseaux sociaux, dans sa signature mail et sur son site internet. Il utilise également le logiciel de planification de tâches gratuit Asana, créé par le cofondateur de Facebook, Dustin Moskovitz. Chaque client est ainsi libre de consulter l'avancée des tâches quotidiennes de l'équipe en toute transparence.

L'équipe de French Accelerator à Los Angeles

S'associer avec les meilleurs

Pour lancer son projet, Laurent Ruben a fait appel à cinq associés qui répondent chacun à une exigence précise : n'avoir pas les mêmes compétences que lui. Chacun des associés est arrivé avec son propre bagage. Charles La est un Français d'origine chinoise âgé de 34 ans. Il est l'un des trente premiers employés de Facebook. Il est aussi passé par Google, Microsoft et Hulu. Romain LeFranc et Robert Smith, experts en fusion-acquisition, sont arrivés avec leur réseau d'investisseurs à Los Angeles. Pour faire vivre la marque aux États-Unis et en France, Estelle Garnier a été nommée directrice marketing et opérations. Elle a travaillé quatre ans comme consultante à New York et a été directrice de la publicité pour French Morning, un média français basé à Los Angeles. Jonathan Stern, un Français, actuel directeur du développement pour French Accelerator, a commencé sa carrière comme consultant responsable de la transformation numérique chez Accenture. Il est également à l'origine de l'application Videoclasse. Ce management à six offre d'office à l'accélérateur un socle solide de compétences pour accompagner les start-up dans leur développement.