Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises familiales françaises croient en l'avenir

Publié le par

Malgré certaines inquiétudes liées notamment au droit du travail, le moral des entreprises familiales françaises est plutôt au beau fixe. Revue de détails suite à la parution, en septembre 2015, d'un baromètre du cabinet d'audit KPMG.

Les entreprises familiales françaises croient en l'avenir

Six entreprises françaises sur dix sont confiantes dans l'avenir. C'est ce qui ressort du quatrième baromètre européen des entreprises familiales1 réalisé par KPMG, cabinet d'audit, de conseil et d'expertise comptable en septembre 2015. Moins optimistes que leurs voisines en Europe - à ce niveau, trois sociétés sur quatre se disent confiantes - les firmes tricolores, qui à 73 % ont stabilisé ou augmenté leur chiffre d'affaires sur les douze derniers mois, peuvent cependant compter sur plusieurs forces. Pour 82 % des répondants, leur atout majeur réside dans leur vision à long terme. Les entreprises françaises sont également très présentes à l'international avec 90 % de sociétés ayant des activités à l'étranger (contre 74 % " seulement " en Europe). " Ceci peut être lié à la faible évolution de la demande intérieure (- 0,25 % en 2014, selon l'INSEE) qui pousse les entreprises françaises à exporter ", analyse KPMG.

Passer le relais

Cet optimisme se traduit par une volonté de mouvement. 47 % des dirigeants français prévoient de faire évoluer leur stratégie dans l'année à venir. Parmi ces derniers, nombreux sont ceux qui prévoient d'organiser la transmission de leur entreprise. Transmission de direction opérationnelle pour 33 % d'entre eux, de propriété (30 %) ou de gouvernance à (23 %). En France, " l'objectif de transmission aux prochaines générations est plus fort que dans les autres pays européens ", souligne le cabinet.

Faire face aux défis

Malgré tout, des sources d'inquiétude demeurent. La principale ? 48 % des entreprises redoutent une baisse de leur rentabilité. Sont également craints : l'augmentation de la concurrence (43 %) et les changements réglementaires (43 %). Sans oublier " un écosystème défavorable " et " un problème de droit du travail ", également vécus comme contraignants. " Une particularité française est à signaler : la " guerre de talents " [capacité de l'entreprise à recruter et fidéliser les meilleurs talents, ndlr], deuxième enjeu majeur au niveau européen, n'est pas citée parmi les cinq principales difficultés ", note KPMG.

1 Le baromètre porte sur un échantillon de 1401 entreprises familiales françaises issues de 25 pays européens, toutes membres de la fédération European Faily Businesses. 27 % d'entre elles comptent moins de 50 salariés, 30 % entre 50 et 249 et le reste plus de 250. Baromètre réalisé en partenariat avec le METI (Mouvement des entreprises de taille intermédiaire) et le FBN (Family business network).