Mon compte Devenir membre Newsletters

Accélérateur PME : une PME accompagnée sur trois est (déjà) devenue une ETI

Publié le par

Sur les soixante premières PME participantes au programme Accélérateur PME de Bpifrance, vingt ont déjà atteint leur taille critique et se sont transformés en ETI. Créé en 2015, le dispositif d'accompagnement essaime et lance sa troisième promotion. Focus sur ce tremplin de croissance.

Accélérateur PME : une PME accompagnée sur trois est (déjà) devenue une ETI

Sur les trois millions d'entreprises que compte la France, seulement 3 200 sont des ETI. "Le constat est qu'il manque d'entreprises de taille intermédiaire. Elles concentrent pourtant 24 % de l'emploi et plus d'un tiers du PIB", souligne Fanny Letier, directrice exécutive Fonds Propres PME et Accompagnement auprès de Bpifrance.

Un manque qui a poussé la banque publique d'investissement à lancer en 2015 le programme Accélérateur PME. Destiné à aider les PME françaises dynamiques à structurer durablement leur croissance et à se transformer in fine en ETI, le dispositif s'étale sur 24 mois et s'appuie sur quatre piliers : l'Université pour formaliser la stratégie et renforcer les compétences, le Conseil pour établir des axes de croissance, l'International en vue d'aborder de nouveaux marchés et la Mise en relation qui vise à développer les échanges entre pairs.

Après deux ans d'accompagnement par les services de Bpifrance, la première promotion affiche des résultats particulièrement probants, comme en témoigne la part de PME devenues ETI au cours du programme. Un tiers a, en effet, atteint leur objectif avant même la fin des 24 mois.

Et les autres suivront, incontestablement. Fanny Letier assure qu'il "s'agit d'un premier bilan. Toutes les choses activées durant les deux ans ne se concrétisent pas forcément aujourd'hui et ne sont pas encore visibles. Les effets du programme sont attendus d'ici quatre à cinq ans."

Au-delà des espoirs placés dans ce programme, c'est bien les premiers résultats que Bpifrance a souhaité valoriser lors de la présentation du bilan de la promotion, lundi 6 mars 2017.

Des effets marquants sur la croissance et l'emploi

Un chiffre atteste de la dynamique engendrée sur la croissance des entreprises participantes au programme : 42 % ont connu une croissance à deux chiffres entre 2015 et 2016 et plus de la moitié ont eu recours à une croissance externe, par le biais d'acquisitions. Levier privilégié des dirigeants, ce mode de croissance s'appuie pour un quart d'entre eux sur le besoin de compléter un portefeuille de produits ou de services et, dans une moindre mesure, sur l'importance d'acquérir une technologie (18 %).

Plus globalement, le chiffre d'affaires moyen a augmenté de 22 % sous l'impulsion de l'Accélérateur PME entre 2014 et 2016.

Outre la thématique de développement, la question de l'emploi ressort de l'analyse de Bpifrance. Selon Fanny Letier, les ETI "ont un intérêt immense grâce notamment à leur effet d'entraînement puissant en termes d'emploi . Un emploi dans une ETI en engendre, en moyenne, 3,5 de manière indirecte".

Un constat qui s'est également traduit sur la situation des entreprises sélectionnées. Durant la phase du programme (2015-2016), le taux de croissance moyen des effectifs a crû de 9,6 %, contre seulement 5,45 % sur la période 2013-2014. Un renforcement des recrutements qui s'est illustré, en particulier, sur la création de nouveaux postes liés au digital ou à la gouvernance.

Une aubaine pour le marché du travail qui l'est tout autant pour les entreprises. "La question de la gouvernance est primordiale et se traduit avec le recrutement, à la fois, de directeur général afin de décharger le dirigeant des activités opérationnelles mais également avec la mise en place de comités de direction", indique la directrice exécutive Fonds Propres PME de Bpifrance.

Plus de trois dirigeants sur cinq ont, en effet, fait évoluer leur gouvernance au cours de l'accompagnement. "Les dirigeants ne s'attendaient pas à une telle évolution de leur système de gouvernance mais cela montre une vraie réflexion globale sur ce type de chantiers stratégiques", complète Fanny Létier.

L'international, axe de développement stratégique

Si le renforcement des sphères de direction s'est avéré majeur, le point clé du programme réside, par ailleurs, dans le développement des entreprises à l'international. "Un tiers des PME françaises exportent et la moitié ne le fait que dans un seul pays", constate-t-elle. D'où l'intérêt de voir plus grand et de diversifier ses marchés à l'international.

Un but auquel se sont attachés les dirigeants. Lors de la deuxième année du programme, 85 % se sont développées sur de nouveaux marchés étrangers. Au-delà d'une forte implantation en Europe (68 %), cette dynamique s'est centrée sur deux marchés émergents : l'Afrique pour une PME sur deux et l'Asie pour 38 % d'entre-elles.

Preuve de cette vivacité, le bond en avant (+ 29 %) du CA cumulé à l'export des entreprises impliquées, passé de 404 millions d'euros en 2014 à 521 M€ en 2016.

Une réussite pour ces nouvelles ETI qui incitent d'ores et déjà certaines d'entre-elles à vouloir profiter d'un autre programme d'accompagnement proposé par Bpifrance, l'Accélérateur ETI. Une nouvelle marche à gravir, dont seules quelques-unes d'entre-elles pourront intégrer.

La nouvelle promotion (2016-2017) d'Accélérateur PME

Alors que la première promotion termine le programme, Bpifrance a dévoilé, lundi 6 mars 2017, les 60 entreprises françaises qui intègrent, cette année, le troisième cru de l'Accélérateur PME.