Mon compte Devenir membre Newsletters

La Banque de France se lance dans l'accompagnement des TPE

Publié le par

La Banque de France s'investit dans l'accompagnement local des TPE avec un nouveau service de conseil et d'orientation. Ce dispositif précède le lancement d'un outil de diagnostic et de simulation de performances des entreprises, à la fin de l'année.

Afin d'améliorer l'accompagnement des trois millions de TPE, la Banque de France a annoncé la mise en place d'un nouveau service spécifiquement dédié aux TPE. Annoncé en janvier 2016 et mis en place depuis le 29 septembre 2016, le dispositif, intitulé "Correspondant TPE", vise à guider et conseiller les très petites entreprises autour de leur développement et de leurs besoins.

Désormais, chaque entité départementale de l'institution financière dispose d'un correspondant spécialement dédié aux TPE. L'objectif de ce programme, gratuit, est de les accompagner à travers leurs projets de développement et les orienter vers les organismes compétents.

L'ambition du service proposé est de pouvoir répondre à l'ensemble des problématiques auxquelles sont confrontées les TPE : financement, transmission, gestion, prévention des risques, analyses sectorielles, ...

Ces correspondants locaux sont joignables par téléphone au 0 800 083 208 et par mail à TPEnumérodedépartement@banque-france.fr (TPE56@banque-france.fr pour le Morbihan par exemple).

Selon la Banque de France, ce service est complémentaire du dispositif de Médiation du Crédit, centré sur les questions d'accès au crédit.

Outil de comparaison sectoriel

En parallèle, la banque centrale va proposer, à compter du mois de décembre, OPALE, un outil d'analyse et de simulation des situations financières des entreprises (entre 200 et 500 euros pour trois mois).

Ce service permettra de comparer son activité en fonction du secteur d'activité ou du secteur géographique mais également en fonction du chiffre d'affaires. Un outil de diagnostic qui offre aux dirigeants de TPE la possibilité de comparer leur activité vis-à-vis de la concurrence.

Une seconde fonction de simulation proposera aux chefs d'entreprise de formuler des hypothèses de gestion afin d'évaluer des stratégies de développement à venir. Un moyen également de convaincre les banques lors d'une demande de crédit par exemple.

S'il proposera dans un premier temps les données des sociétés dont le chiffre d'affaires dépasse les 750 000 euros, il sera complété en 2017 par les entreprises plus petites.