En ce moment En ce moment

Franchise : comment financer son projet ?

Publié par le | Mis à jour le
Franchise : comment financer son projet ?

Rejoindre un réseau coûte globalement plus cher que créer une boutique en propre, notamment à cause des droits d'entrée. Voici nos conseils pour financer votre projet.

  • Imprimer

Vous avez choisi votre réseau et connaissez ses conditions d’accès. Reste à savoir comment financer votre projet. Le plan de financement comporte le détail des investissements nécessaires à la création de votre point de vente. Les experts recommandent un apport personnel couvrant au moins 30 % du montant total. En dessous de ce seuil, ils estiment que le franchisé ne pourra pas rembourser son prêt, les frais d’assurance et les intérêts, tout en se rémunérant.

N’hésitez pas à démarcher plusieurs établissements bancaires et, en priorité, ceux qui ont noué des partenariats avec votre franchiseur. Dans ce cas, vos interlocuteurs connaissent déjà l’enseigne et la fiabilité du réseau. L’agence à laquelle vous vous adresserez transmettra votre dossier au service national dédié à la franchise. Il sera analysé plus rapidement et vous bénéficierez des conditions négociées par le réseau (conditions monétiques, frais de dossier revus à la baisse, etc.).

HSBC – qui recense 250 enseignes référencées – a même ouvert depuis 2007 une page web dédiée permettant à ses partenaires d’envoyer les dossiers des candidats plus rapidement. Le rendez-vous avec l’agence en local est pris via le call center dans les 48 heures. HSBC dispose de fiches renseignées pour chaque enseigne partenaire. Ces informations sont envoyées au commercial qui reçoit le porteur de projet. Cette organisation permet non seulement de gagner du temps, mais également d’ouvrir les portes de la banque au porteur de projet. Les partenariats sont revus chaque année, car rien n’est figé et les besoins évoluent de part et d’autre. Sachez enfin que les établissements bancaires sont très à l’écoute de la motivation du candidat, de son implication dans le projet, mais aussi de sa capacité à le vendre.

Bâtir votre dossier

Pour sa part, le franchiseur est tenu de vous fournir un état local et national du marché, c’est-à-dire les chiffres-clés du secteur d’activité. En revanche, il vous appartient, en tant que futur chef d’entreprise, de tester l’opportunité d’affaires. Reste que « les meilleures données dont dispose un franchisé sont les résultats obtenus par un autre franchisé dans une zone de chalandise équivalente », assure Pascal Lambert, dirigeant de DMS Franchise Expert, cabinet de conseil.

Votre analyse du potentiel local vous permet de compléter vos connaissances en vérifiant l’effectif de la population, ses caractéristiques et le nombre de concurrents. Enfin, faites appel à un expert-comptable pour valider le prévisionnel, et à un avocat ou à un conseiller juridique pour étudier le statut le plus pertinent pour votre entreprise : entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) si vous travaillez seul, société à responsabilité limitée (SARL) si vous avez un associé, etc.

Le business plan est le document que vous présenterez à la banque lorsque vous solliciterez un prêt. Il est donc essentiel de le soigner. C’est également un dossier personnel qui vous permet d’analyser la création de votre entreprise, étape par étape. Il comporte un résumé en quelques pages (trois ou quatre), puis le dossier lui-même, d’une vingtaine de pages, avec les annexes (document d’inscription au registre du commerce ou des métiers, les trois derniers bulletins de salaire et les titres de propriétés).

S’agissant de la structure même de votre dossier, commencez par une introduction, puis déclinez tous les éléments importants : votre profil, vos motivations, la description du commerce, les produits, l’organisation de l’entreprise, l’entité juridique, l’étude de marché, le compte de résultats prévisionnel dans lequel vous confrontez vos prévisions de chiffre d’affaires avec vos prévisions de charges, ainsi que le plan de financement et le plan de trésorerie. Bref, un travail de longue haleine !

Julien Van Der Feer

Julien Van Der Feer

Rédacteur en chef

Rédacteur en chef d’Artisans Mag’ et de Commerce Magazine, l’univers de l’artisanat et du commerce est mon quotidien depuis 3 ans. Je suis passionné par [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Gestion - Finance

Par Carine Guicheteau

Les DAF à temps partagé labellisés se comptent sur les doigts des deux mains. Mais ce label de la DFCG est amené à se développer. Pourquoi ? [...]

Gestion - Finance
WeShareBonds

Par WeShareBonds via Marketme

Alors que le débat fait rage sur la fermeture éventuelle d’une usine Ford en France, et que l’élection de Trump s’est jouée sur des promesses [...]

Gestion - Finance

Par Eve Mennesson

Lorsque l'on parle financements alternatifs, on pense souvent affacturage. Et le financement sur stock ? Toutes les entreprises peuvent s'y [...]