En ce moment En ce moment

Financement des PME : les secrets de la pépite Matooma

Publié par le - mis à jour à
Financement des PME : les secrets de la pépite Matooma

Si Frédéric Salles a réussi à imposer la technologie révolutionnaire de Matooma, c'est qu'il est parvenu à convaincre de nombreux investisseurs des débouchés commerciaux de son innovation.

  • Imprimer

En quatre ans, l'idée géniale s'est transformée en or. Pourtant, le concept de base, pour brillant qu'il était, n'était pas de ceux qui déclenchent instantanément l'adhésion. "Lorsqu'un ingénieur parle à un banquier de son envie de développer une carte SIM multiopérateur intégrable dans des objets connectés, c'est loin d'être gagné!" en rit maintenant Frédéric Salles, qui a fondé Matooma avec John Aldo. La chance des deux hommes a été de sonner à la porte du Réseau Entreprendre.

Fiabilité

Les chefs d'entreprise réunis lors de la présentation du projet admettent eux aussi ne pas comprendre le bien-fondé de l'innovation. Heureusement, ils jugent les deux associés très convaincants, au point de leur concéder 25 k€ de prêt d'amorçage. Et de leur faire rencontrer leur partenaire, la Société Générale, qui leur accorde à son tour 75 k€. Un effet de levier salutaire: en juin 2012, le développement logiciel peut commencer.

L'idée est la suivante: garantir aux fabricants la transmission des données de leurs objets connectés tout le temps et depuis n'importe où. Les technologies Bluetooth, wi-fi et autres réseaux bas débit de type Sigfox sont laissés de côté au profit des réseaux mobiles, bien plus robustes et puissants. À condition de les capter! La solution adoptée par la concurrence: tester le réseau et implémenter la carte SIM de l'opérateur le plus fiable. Sans solution de secours si le réseau s'effondre ou si la captation du signal s'affaiblit lors d'un déplacement. Six mois de R&D suffisent aux développeurs à peine embauchés pour construire une première carte SIM ­multiopérateur dotée d'un scanner qui détecte et se branche sur le meilleur opérateur à tout moment. "Cette solution nous permettait de prendre de l'avance sur le marché, en proposant un produit à la fiabilité jamais vue", explique le dirigeant.

Différenciation

Deuxième avantage de la solution proposée par Matooma: une tarification mensuelle fixe par boîtier communicant sans engagement de durée. "Nous étions à l'opposé des opérateurs téléphoniques, qui proposaient des contrats s'étalant sur 24, 36 ou 48 mois, et avec une facturation additionnelle fonction de la consommation.?" Pour le client, auparavant, aucun moyen de connaître à l'avance le montant mensuel de son investissement. Un véritable repoussoir. Le modèle de facturation choisi par la start-up connaît un bénéfice additionnel?: elle lui permet la stabilisation de sa marge et une visibilité sur les recettes. "Nous faisons de la trésorerie et pouvons nous développer sur nos fonds propres", se réjouit Frédéric Salles. L'an dernier, Matooma a ainsi eu le luxe de refuser une levée de fonds de 10 millions d'euros.

Matooma

Activité: Technologies machine to machine
Siège social: Pérols (Hérault)
Dirigeant: Frédéric Salles, 40 ans
Forme juridique: SAS
Création en 2012
35 salariés
CA 2015: 3,5 M€

Arnault Disdero

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Gestion - Finance

Par Carine Guicheteau

Les DAF à temps partagé labellisés se comptent sur les doigts des deux mains. Mais ce label de la DFCG est amené à se développer. Pourquoi ? [...]

Gestion - Finance
WeShareBonds

Par WeShareBonds via Marketme

Alors que le débat fait rage sur la fermeture éventuelle d’une usine Ford en France, et que l’élection de Trump s’est jouée sur des promesses [...]

Gestion - Finance

Par Eve Mennesson

Lorsque l'on parle financements alternatifs, on pense souvent affacturage. Et le financement sur stock ? Toutes les entreprises peuvent s'y [...]