Mon compte Devenir membre Newsletters

Immigration et sécurité : deux inquiétudes des dirigeants de TPE

Publié le par

Le 64e baromètre Fiducial met en avant les inquiétudes des dirigeants de TPE sur les questions relatives à l'immigration et la sécurité. Si les avis sont partagés, l'étude révèle malgré tout une défiance des patrons à l'égard des immigrés. En parallèle, le scepticisme envers le gouvernement grandit.

Immigration et sécurité : deux inquiétudes des dirigeants de TPE

L'humeur des dirigeants de TPE est morose. C'est le constat politique et économique qui ressort du baromètre des TPE, réalisé par Fiducial et l'Ifop, au quatrième trimestre 2016. Alors que l'échéance des prochaines élections nationales se profile, les dirigeants ont été interrogés sur leur perception à l'égard de l'immigration et de la sécurité.

Véritable enjeu de la prochaine campagne selon les dirigeants eux-mêmes, la question de la sécurité cristallise les attentions. Trois dirigeants sur cinq indiquent avoir été l'objet de menaces quant à leur sécurité - allant de l'agression verbale, à un vol, un piratage informatique ou une agression physique - depuis dix ans sur un plan professionnel. Cependant, ils ne sont que 21% à se dire inquiets pour leur activité.

Les dirigeants font part cependant des précautions prises pour tenter de limiter les risques de menaces. Les alarmes et la vidéo surveillance sont en effet des outils davantage utilisés pour respectivement 42% et 25% d'entre-eux.

La question de l'immigration figure également comme une source d'inquiétude pour les petits entrepreneurs mais l'étude met en lumière de nombreux désaccords. Un patron sur deux (51%) juge que les immigrés sont trop présents en France, alors que 47 % ne sont pas du même avis. La perception de l'immigration est également sujette à discussion : plus d'un sur deux la craigne, contre 43%.

S'ils considèrent que la politique d'intégration menée par la France depuis cinquante ans a été un échec à 46 %, cette préoccupation s'explique également par les différences culturelles et religieuses (44%).

Pourtant, face à cette défiance, un patron sur deux emploie, ou a employé, au moins un travailleur immigré d'une autre nationalité. Et leur bilan est laudateur. À 82%, les patrons concernés jugent que l'embauche de travailleurs étrangers a été positive, notamment sur les relations et les méthodes de travail ainsi que la créativité et l'innovation.

Pessimisme sur la situation économique

Plus largement, sur un plan conjoncturel, les patrons de très petites entreprises jugent que l'activité économique souffre davantage encore cette année, malgré le regain constaté au trimestre précédent.

Révélateur de ce pessimisme prégnant, la chute des trésoreries des entreprises. Près d'un quart des chefs d'entreprise (24%) interrogés fait état d'une dégradation des liquidités de leur société. D'autre part, les entreprises constatant une amélioration de leur situation financière sont moins nombreuses qu'il y a trois mois.

En conséquence, moins d'un tiers des dirigeants de TPE expliquent être optimistes quant à la situation économique à venir du pays. En parallèle, le fossé avec la politique du gouvernement ne cesse de se creuser. Seuls 12% des dirigeants de TPE accordent du crédit à la gestion politique actuelle.

Méthode : Le 64e baromètre des TPE Fiducial a été réalisé par l'Ifop entre le 19 octobre et le 7 novembre 2016 auprès de 1 003 dirigeants de TPE (0 à 19 salariés et sans les autoentrepreneurs) représentatives du tissu économique français.