Mon compte Devenir membre Newsletters

Prélèvement à la source : les chefs d'entreprise inquiets

Publié le par

Alors que le prélèvement à la source doit être instauré dès 2018, le baromètre KPMG met en avant les inquiétudes des chefs d'entreprise. Complexité administrative, temps passé et coût sont les principales craintes des dirigeants.

Prélèvement à la source : les chefs d'entreprise inquiets

L'instauration du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu à l'horizon 2018 continue d'alimenter le débat sur les conditions de sa mise en place par les entreprises et l'administration.

Le baromètre KPMG-CGPME met en avant qu'une majorité de dirigeants appréhendent le dispositif : ils sont en effet 54 % à se dire inquiets face à cette réforme.

Selon l'étude, qui recensent les avis de 401 dirigeants, les raisons de cette peur sont multiples. La complexité administrative de la procédure, le temps à y consacrer ainsi que le coût de la mise en place apparaissent comme les principales craintes pour près de quatre chefs d'entreprise sur cinq.

Des impacts en interne ?

L'étude révèle par ailleurs que pour 66 % des dirigeants interrogés, le prélèvement à la source impactera l'organisation interne de leur entreprise. Ils sont également plus d'un sur deux à penser qu'il y aura des incidences sur leurs relations avec les salariés (55%). A l'inverse, la proportion de dirigeants qui prévoient des conséquences positives du dispositif sur ces deux critères est assez faible (respectivement 6% et 8%).

Par ailleurs, si sept dirigeants sur dix (71%) estiment qu'une compensation financière - indexée sur la masse salariale la première année - faciliterait la mise en oeuvre de la réforme, ils sont en revanche un peu plus (74 %) à préférer le déploiement d'une assistance en ligne gratuite.

Enfin, les chefs d'entreprise s'accordent pour dire que l'année de transition lors de la mise en place du prélèvement à la source n'aura aucune incidence sur les versements de rémunérations et de primes en 2017 (70%) ainsi que sur les dons aux entreprises (61%).