Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] L'URSSAF, des histoires à dormir debout !

Publié le par

Julien Leclercq, patron de l'agence Com'Presse, se désole des pratiques de l'Ursaff qui modifie les règles fiscales sans pour autant en avertir les dirigeants d'entreprises. Et pourtant, ceux-ci sont les premiers intéressés.

L'info a fait le tour de la toile: 90% des entreprises françaises seraient susceptibles d'être redressées par l'URSSAF à cause d'un changement de réglementation concernant le calcul des cotisations sociales. Changement passé inaperçu auprès des entrepreneurs, qui n'appliquent donc pas -sans le savoir- les bonnes règles.

Cette information est malheureusement d'une banalité déconcertante. Pour pouvoir diriger efficacement sa société en 2015, il faudrait être bon en tout : commercial génial, super-gestionnaire, parfait manager... mais surtout excellent en droit social et incollable en droit fiscal. Pourtant, les trois mille chefs d'entreprise que j'ai rencontrés ces deux dernières années m'ont tous dit avoir créé leur boîte parce qu'ils étaient convaincus d'avoir une bonne idée et l'énergie de la développer. Pas parce qu'ils connaissaient par coeur les 3 689 pages du Code du travail ou les dernières réglementations en matière de calcul des cotisations sociales.

90% des entreprises seraient-elles redressables? Je suis tout sauf étonné. Les textes qui encadrent la vie de l'entreprise sont pléthoriques et changent tout le temps, parfois de manière rétroactive. Autre point majeur : il n'existe aucun organisme chargé de diffuser ces modifications législatives dont le non-respect peut mettre en danger l'existence même d'une PME fragile. Tout le monde se fiche complètement de savoir si les premiers intéressés sont au courant.

Il y a quelques mois, je suis allé voir l'URSSAF pour les prévenir que j'allais peut-être demander un étalement de cotisations sociales dans les mois à venir. Je souhaitais obtenir un accord de principe. À la place, après maintes discussions, j'ai eu droit à la réponse suivante: "Mais monsieur, ça ne sert à rien de prévoir !" Chef d'entreprise est un beau métier. Mais il réserve parfois des surprises dont on se passerait bien.

L'auteur

Julien Leclercq dirige l'agence Com'Presse. Il est l'auteur de Journal d'un salaud de patron (Fayard), paru le 7 octobre 2015.
Il est également le fondateur du mouvement des Déplumés.