Mon compte Devenir membre Newsletters

8 bons plans pour payer moins d'impôts en 2017

Publié le par

Réduire ses impôts est le rêve de tout dirigeant. Reste à savoir comment s'y prendre. Voici huit outils qui ouvrent la voie à des réductions substantielles d'impôt sur le revenu.

8 bons plans pour payer moins d'impôts en 2017

La période de réduction fiscale arrive à terme le 31 décembre 2016 pour votre impôt 2017 sur vos revenus 2016. Il est donc encore temps d'actionner différents leviers afin de réduire vos impôts.

1. Investir pour votre retraite

Il est tout d'abord possible de préparer sa retraite tout en optimisant ses impôts grâce au dispositif Madelin. Ne rentrant pas dans le plafonnement des niches fiscales (10 000 euros), cet outil permet de déduire les cotisations versées de son revenu imposable compris entre (10 % x PASS) + (25 % x bénéfice imposable compris entre 1 et 8 PASS) avec un maximum de 308 928 euros en 2016. Un avantage qui présente un inconvénient, puisque les cotisations versées doivent être régulières. En cas de non-respect, le contrat est mis en "réduction", c'est-à-dire que le travailleur non salarié ne pourra plus reverser d'argent sur ce contrat et devra en ouvrir un autre. Les sorties se font par ailleurs en rente, et non en capital.

Si vous souhaitez bénéficier d'une souplesse dans les versements mais également d'une sortie en capital, il peut être judicieux de combiner le dispositif Madelin au plan d'épargne retraite populaire (Perp). Le Perp bénéficie d'un plafond de versements équivalent à 10 % du revenu d'activité N-1 limités à 8 PASS (soit 30 892 euros) en 2016 ou 10% du PASS 2016 (à savoir 3861 euros) pour les revenus inférieurs au PASS.

"Le Perp a l'avantage de ne pas avoir de contrainte de versements et donne également la possibilité de sortir en capital à hauteur de 20% lors de la liquidation des droits à la retraite (attention tous les contrats ne le prévoient pas, NDLR) ou en totalité en cas d'acquisition de la résidence principale pour les primo accédants", commente Jeanne-Claire Grosset, cogérante associé du cabinet Eccelia patrimoine.

L'autre avantage non négligeable du Perp est que le conjoint ou le Pacsé peut bénéficier du disponible fiscal de l'autre. Une bonne façon de lui assurer des revenus complémentaires à la retraite tout en optimisant la fiscalité.

"Cet outil est conseillé pour les dirigeants qui disposent d'une tranche marginale d'imposition (TMI) forte. Si un patron est imposé à hauteur de 200 000 euros, il va par exemple économiser 9000 euros d'impôts sur une année en plaçant 20 000 euros (pour une TMI à 45%), le Perp étant déductible jusqu'à hauteur de 20 000 euros dans son cas (10% du revenu)", souligne Guillaume Lucchini, associé fondateur Scala Patrimoine, conseil en investissement financier.

2. Devenez propriétaire d'un monument historique

Par le biais de la loi Monument historique, le gouvernement incite les investisseurs à en acquérir un et à réaliser des travaux dits culturels. Si vous parvenez à trouver un bien à un bon prix, vous pourrez ainsi déduire de vos impôts une partie des rénovations.

"Si l'acheteur acquiert le bien dans son intégralité, il n'aura pas besoin d'obtenir un agrément de la part de Bercy, mais devra ouvrir le lieu au public et organiser des visites. Si, en revanche, il souhaite acquérir un appartement dans un monument historique -un couvent réhabilité par exemple-, le porteur du projet devra obtenir un agrément de division de la part de Bercy", détaille Guillaume Lucchini.

Ces agréments sont difficiles à obtenir. "Ces trois dernières années, moins de cinq agréments ont été délivrés", poursuit l'expert. Le dispositif Monument historique est une des rares lois de défiscalisation qui n'oblige pas l'investisseur à mettre en location l'appartement. Vous êtes obligé de le conserver 15 ans mais pas forcément sous forme locative, vous pouvez ainsi y vivre.

Vous pourrez déduire l'ensemble des travaux de votre revenu global, sans aucun plafonnement

La Loi Monument historique ne fonctionne pas sous forme de réduction d'impôt mais sous forme de déduction du revenu global, ce qui engendre une réduction d'impôt très importante. "Ainsi, vous pourrez déduire l'ensemble des travaux de votre revenu global, sans aucun plafonnement", affirme Guillaume Lucchini. La réduction d'impôt peut donc aller jusqu'à 45%, suivant la tranche marginale d'imposition (TMI).

Si vos revenus annuels s'élèvent à 500 000 euros et que vous achetez un bien à 750 000 euros (bien comportant des travaux à hauteur de 500 000 euros), votre revenu imposable l'année suivante sera nul. Autre avantage de cet outil : en cas de transmission, le patrimoine ne sera pas fiscalisé.

3. Optez pour la loi Malraux

Ce dispositif a également pour mission de favoriser la conservation et la restauration du patrimoine architectural et historique français. Il vous permet de réduire de votre impôt de 30% du montant des travaux. Cette réduction est étalée sur une durée pouvant aller jusqu'à trois ans (durée des travaux) et plafonnée à 100 000 euros par an.

"Si le bien coûte 450 000 euros et qu'il comporte 300 000 euros de travaux (100 000 euros en 2016, 100 000 euros en 2017 et 100 000 euros en 2018), vous pourrez bénéficier d'une réduction d'impôt de 30 000 euros par an, entre 2016 et 2018", donne en exemple Guillaume Lucchini. La fiscalité Malraux peut être combinée avec la loi Monument historique.