Mon compte Devenir membre Newsletters

Un travailleur indépendant sur deux n'est pas couvert en prévoyance santé

Publié le par

Alors que les entrepreneurs sont conscients de la nécessité d'assurer leur entreprise, seulement la moitié d'entre eux pensent à se protéger contre la maladie ou les accidents. C'est ce que dévoile le baromètre de la prévoyance publié par Ciprès Assurances jeudi 09 mars 2017.

Un travailleur indépendant sur deux n'est pas couvert en prévoyance santé

Si la moitié des travailleurs non salariés (TNS) ne sont pas couverts en prévoyance, c'est à la fois pour des raisons budgétaires (dans 61% des cas), mais aussi par manque de temps notamment chez les moins de 44 ans (41%), et pour le manque de clarté des offres (pour près de 30%), selon le baromètre de la prévoyance publié jeudi 09 mars 2017.

Ces 3 millions de petits patrons, dont la moyenne d'âge tourne autour de 46 ans, relèvent en effet de 17 régimes obligatoires. L'étude montre que 71% des TNS ne connaissent pas le pourcentage d'indemnités journalières versées par leur régime obligatoire. Les formalités médicales nécessaires à la souscription d'un contrat représentent par ailleurs un frein pour 60% des sondés.

Une complexité qui contraint les travailleurs indépendants à se détourner volontairement des contrats de prévoyance. "Ils assurent leur entreprise contre les dommages mais ne voient pas l'importance de s'assurer eux-mêmes. Ils se pensent immortels, et s'arrêtent peu. La durée d'un arrêt de travail d'un indépendant est inférieure à celle d'un salarié, deux jours par an contre 10 pour un salarié, commente Laurent Ouazana, président de Ciprès Assurances. Pourtant, si on leur demande ce qu'ils feraient en cas d'arrêt invalidité de 6 mois, ils répondent qu'ils baisseraient le rideau".

Aligner la prévoyance des TNS sur celle des salariés

Ce faible taux de couverture en prévoyance devient un véritable enjeu pour les assureurs. Ciprès Assurances continue à creuser le sillon en proposant une offre similaire aux contrats collectifs proposés aux salariés. "Qu'ils soient boulanger, médecin, avocat, ou quel que soit leur statut, y compris les mandataires sociaux (gérant majoritaire, président de SAS ou de SASU), tous les travailleurs non salariés sont assurés de la même façon. Nous raisonnons en collectif pour pallier la diversité des risques", note Laurent Ouazana.

Les travailleurs indépendants peuvent par ailleurs conserver leurs droits à la prévoyance jusqu'à 12 mois suivant leur cessation d'activité, dès lors qu'elle découle d'une révocation non volontaire ou d'une liquidation judiciaire. "Ces prestations, si elles dépendent de l'âge et de la profession de l'entrepreneur, sont accessibles pour la somme de 40 à 50 euros par mois environ", précise Sylvie Langlois, directeur général de Ciprès Assurances. Une offre qui sera sans nul doute rapidement étoffée par d'autres acteurs.

Méthodologie: enquête réalisée par Ciprès Assurances et l'Argus de l'assurance. Elle a été menée du 1er au 14 février 2017 auprès de 232 travailleurs non salariés