Mon compte Devenir membre Newsletters

Budget 2015 : les 5 mesures passées inaperçues qui concernent les TPE

Publié le par

Le marathon budgétaire, avec l'examen des projets de loi de finances et de financement de la Sécurité sociale, touche à sa fin. Le budget 2015 devrait être voté autour du 20 décembre 2014. Plusieurs mesures passées inaperçues ne manquent pourtant pas d'intérêt pour les TPE.

Budget 2015 : les 5 mesures passées inaperçues qui concernent les TPE

Les appels répétés des entreprises pour plus de stabilité financière semblent avoir été entendus par le gouvernement. Le budget 2015, qui devrait être adopté définitivement fin décembre, va aider les TPE et les PME à voir la vie en rose. "Le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 comportent peu de nouveautés. Le gouvernement, très souvent pointé du doigt par certains pays européens pour son instabilité, semble avoir compris que les entreprises recherchent un certain équilibre", confie Jacques Saint Jalmes, spécialiste en fiscalité individuelle au sein du cabinet d'expertise-comptable BDO.

Le budget 2015 se concentre surtout sur l'aménagement de mesures déjà existantes ou annoncées au cours de l'année, comme la mise en place du Pacte de responsabilité et de solidarité et la suppression progressive de la C3S qui bénéficie prioritairement aux PME et aux ETI. "La mesure phare du gouvernement reste toutefois la lutte contre l'évasion fiscale qui va impacter les grandes entreprises. En cas de manquement grave et d'activités occultes, la base d'imposition sera majorée de pénalités qui s'élèvent entre 40 et 80% du montant de l'impôt", note Carine Duchemin, associée au sein du cabinet DJP Avocats. Les entreprises sortiront donc globalement gagnantes de ce budget 2015. Voici cinq mesures passées inaperçues (ou presque).

1. Des contrôles URSSAF limités dans le temps

Le PLFSS prévoit de limiter les périodes de contrôle des cotisations pour les petites entreprises de moins de 10 salariés et les travailleurs indépendants. Ces contrôles ne pourraient s'étendre sur une période supérieure à trois mois entre le début effectif du contrôle et la lettre d'observations, pour les contrôles engagés à compter du 1er janvier 2015. Le bénéfice de cette mesure est toutefois exclu dans toutes les situations exorbitantes du droit commun : travail dissimulé, taxation forfaitaire (notamment en cas de défaut de tenue d'une comptabilité par l'entreprise et de transmission de documents inexploitables), abus de droit et obstacle à contrôle.

2. Un remboursement des cotisations AT/MP facilité

Le PLFSS propose de faciliter les procédures de demandes de remboursement des cotisations accident de travail et maladie professionnelle. L'objectif de cette mesure (article 16), qui s'inspire d'une recommandation formulée par la Cour de cassation dans son rapport d'activité 2012, est d'éviter que l'employeur n'ait à formuler plusieurs recours (un recours devant la CPAM et trois recours conservatoires devant la Carsat) pour obtenir le remboursement des cotisations indument versées auprès de l'Urssaf. Cette formalité est valable lorsque la révision du taux de cotisation par la Carsat est la conséquence d'une décision favorable d'une CPAM ou d'une décision juridictionnelle.

3. Un coup de pouce au BTP

Pour soutenir la relance de construction de logements et renforcer l'accession à la propriété, le prêt à taux zéro (PTZ) est prolongé jusqu'au 31 décembre 2017. Quelques changements sont toutefois apportés pour étendre l'utilisation de ce dispositif. Le PLF pour 2015 ouvre le PTZ à l'achat de logements anciens à réhabiliter sur des communes situées en milieu rural. L'éligibilité au PTZ sera conditionnée à des travaux de rénovation, afin de favoriser la réhabilitation des logements anciens par les primo-accédants et non pas uniquement la construction neuve.

Par ailleurs, par mesure de simplification, la condition de performance énergétique pour bénéficier du PTZ sera supprimée, la réglementation thermique 2012 (RT 2012) constituant d'ores et déjà la norme réglementaire en vigueur depuis le 1er janvier 2013.