Mon compte Devenir membre Newsletters

Épargne salariale : les dirigeants souhaitent une meilleur lisibilité

Publié le par

BNP Paribas a publié, mardi 31 mars 2015, son baromètre "Épargne et retraite entreprises". Résultats : si les dirigeants sont en phase avec leurs salariés sur les questions d'épargne salariale, ils ont peu conscience de leurs attentes concernant la retraite.

Épargne salariale : les dirigeants souhaitent une meilleur lisibilité

Alors que le projet de loi Macron, actuellement examiné au Sénat, prévoit de réformer et simplifier l'épargne salariale, le dernier baromètre de la BNP Paribas "Epargne et retraites entreprises"*, publié mardi 31 mars 2015, se penche sur la vision que portent dirigeants et salariés sur ces dispositifs et sur les évolutions à venir.

L'épargne salariale plébiscitée

L'épargne salariale est plébiscitée par la majorité des décideurs et des salariés. Ils sont en effet, respectivement, 90% et 77% à considérer comme naturel le fait de placer leurs économies dans les dispositifs proposés par leur entreprise.

Ils sont relativement en phase avec les évolutions proposées par la loi Macron. Ainsi, 76% des dirigeants soutiennent l'ouverture de fonds PME-ETI dans le cadre de l'épargne salariale, et 53% des salariés seraient prêts à investir dans de tels fonds. Par ailleurs, ces derniers privilégient, à 30%, les supports d'épargne salariale solidaires ou socialement responsables.

Toutefois, d'après les résultats du baromètre, les dirigeants souhaiteraient une harmonisation et une meilleure lisibilité des dispositifs, par une simplification de la formule de calcul de la Réserve spéciale de participation (52%), ou par l'abaissement du seuil d'éligibilité de cette réserve pour les entreprises de moins de 50 salariés (73%), par exemple.

Des divergences sur la retraite

Sur la question de la retraite, le baromètre montre des divergences entre les décideurs et les salariés. En effet, 40% des salariés expriment une inquiétude concernant le financement de leur retraite. Un phénomène identifié par seulement 13% des dirigeants.

De même, ces derniers n'ont que peu conscience des concessions que leurs équipes sont prêtes à réaliser. Ainsi, 24% des dirigeants pensent qu'ils seraient prêts à repousser l'âge de leur retraite, 23% à voir augmenter le montant des cotisations, et 2% à voir diminuer le montant des pensions. Des mesures pourtant globalement acceptées par leurs équipes avec, respectivement, 40%, 40% et 19% d'adhésion à ces trois évolutions.

Des différences de perception

Enfin, le baromètre souligne les différences de perception de l'épargne et la retraite en entreprise entre ces deux populations. Les décideurs la considérant avant tout comme un moyen de se constituer une épargne et les salariés comme un moyen d'épargner pour la retraite.

Présentation des résultats du 31 mars 2015


*Étude menée du 14 au 28 novembre 2014 auprès de 801 dirigeants et salariés d'entreprises privées de plus de 50 salariés.