Mon compte Devenir membre Newsletters

BTP : des apprentis bien dans leur basket et satisfaits de leur formation en entreprise

Publié le par

En pleine rentrée scolaire, le CCCA BTP publie une enquête sur les conditions de formation des apprentis dans le bâtiment. Près de 90 % des jeunes déclarent que l'apprentissage en entreprise répond à leurs attentes.

Un apprenti bien dans ses baskets et satisfait de ses conditions de formation en entreprise. Le CCCA BTP (Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du bâtiment) a dévoilé le 5 septembre 2013 une étude inédite sur le profil et les attentes des apprentis dans le BTP.

Les jeunes - caractérisés par 97,5% de jeunes hommes - confient avoir été bien accueillis, quelle que soit la spécialité ou le diplôme préparé. Une entente est très développée entre le maître d'apprentissage et l'apprenti, portant notamment sur la confiance partagée, la prise d'initiatives et l'aide à la progression. Le travail en entreprise est jugé satisfaisant par 90 % des sondés, correspondant aux attentes, exercé grâce à des méthodes et des technologies modernes. La sécurité au travail est une priorité affirmée dans l'entreprise et ses questions sont bien perçues par les jeunes. "Un lien réel existe entre l'entreprise et le CFA mais il est néanmoins à renforcer. Ce qui est appris au CFA sert en entreprise", souligne l'étude.

Deuxième enseignement : les difficultés pour les jeunes (37,8%) de trouver une structure d'accueil, les entreprises souffrant d'un manque de visibilité des carnets de commandes à court terme. "Depuis le début de la crise, nous constatons un durcissement dans la recherche d'un maître d'apprentissage en entreprise. Les difficultés croissent avec l'élévation du diplôme, révélatrices une nouvelle fois des besoins limités des entreprises", confirme Gilles Moreau, sociologue.

Des apprentis plus mobiles

Autre enseignement : les métiers du BTP ne sont plus une voie de garage. Fait révélateur : moins de 2 % des appentis ont choisi ce mode de formation faute d'autres choix possible. Deux tiers des personnes interrogées confient avoir sélectionné leur métier par goût personnel, choix qui s'affirme au fur et à mesure que le diplôme s'élève. Des atouts fortement plébiscités : salaire, métier, alternance et insertion sont mis en avant pour expliquer le choix de l'apprentissage.

Aujourd'hui, et c'est un fait nouveau, l'enquête révèle que la mobilité est une solution envisagée pour accroître les chances d'insertion. Plus d'un jeune sur deux, et ce dès le CAP, intègre l'idée de la mobilité dans la réalisation de son projet professionnel. Cette mobilité s'accroît bien sûr avec le diplôme préparé. 57 % d'apprentis sont prêts à partir dans une autre région pour y trouver du travail et 46,7 % sont prêts à partir à l'étranger, s'ils sont certains d'y trouver des perspectives intéressantes. Une majorité des jeunes envisage enfin une formation complémentaire en fin de parcours afin d'augmenter les chances de bonne insertion. Les apprentis semblent résolument motivés et ambitieux.

Méthodologie: cette enquête a été menée auprès de 65 000 apprentis, du CAP à la formation d'ingénieur, partout en France, avec un taux de réponse de 70%. Plus de 100 questions en ligne ont été posées, portant sur l'orientation, l'information, la vie, la formation et l'accompagnement au CFA et en entreprise et le projet professionnel.