L'humour, une technique aux sérieux atouts

Publié le par

Le rire est le propre de l'homme. Pourtant, l'humour est parfois persona non grata en entreprise. Or, les vertus du rire sont nombreuses : prise de recul, cohésion, diminution du stress... Un sujet à prendre au sérieux donc ! Explications.

L'humour, une technique aux sérieux atouts

Prendre de la hauteur, dédramatiser ou dénouer des situations complexes, autant de facteurs qui ont poussé Artellus, société coopérative spécialisée dans la formation, à s'adjoindre en 2013 les services du cabinet Les Mots se réveillent, spécialiste de l'humour en entreprise.

" Les collaborateurs volontaires, ainsi que moi-même, avons suivi un stage d'une journée afin de comprendre les vertus de l'humour au travail, témoigne Marie-Claude Trébert, directrice générale de la société. Via des cas pratiques, comme l'appel d'un client mécontent, nous avons pu tester les techniques humoristiques permettant de mieux gérer la situation. Et ce, en usant d'un vocabulaire subtil et décalé pour apaiser l'interlocuteur. Une manière de rétablir une communication sereine favorisant une résolution plus efficace du problème. "

Autre point positif de la formation : les relations entre collègues se sont améliorées, selon la dirigeante.

Un style de management à part entière

L'humour, nouvelle arme managériale prisée des dirigeants de PME ? " En tout cas, elle est largement plébiscitée par les salariés ", indique David Autissier, maître de conférences en management à l'IAE de l'université de Paris-Est Créteil et coauteur du Petit traité de l'humour en entreprise publié en 2011 (éditions Eyrolles).

En effet, 83 % des salariés considèrent que la place de l'humour dans l'entreprise est importante, selon l'étude menée pour l'écriture de l'ouvrage. Pourtant, près de deux répondants sur cinq estiment qu'il n'est pas assez utilisé dans leur structure.

Pourquoi un tel paradoxe ? " Pour nombre de collaborateurs, l'entreprise reste un monde sérieux où plaisanter peut être mal vu. Ainsi, les relations codifiées, notamment avec la hiérarchie, prennent souvent le pas sur des formes plus spontanées de communication propices au rire telles qu'elles prévalent dans la sphère privée ", poursuit l'auteur. Une situation regrettable tant les vertus de l'humour au travail se conjuguent au pluriel.

" L'humour, ce n'est pas simplement raconter des blagues. C'est une manière de construire ses relations professionnelles avec recul et plaisir. C'est pourquoi il constitue un style de management à part entière ", révèle l'auteur.

Les Mots se réveillent

Les Mots se réveillent

Christophe Tricart

Un avis partagé par Christophe Tricart, dirigeant de Les Mots se réveillent : " Dans une période de crise, l'humour créé une ambiance conviviale. Il permet de transformer les habitudes ­mentales pour appréhender les ­situations du quotidien de manière plus positive et ainsi booster la cohésion d'équipe. "

Oser l'humour serait donc une recette efficace pour créer du lien avec ses collaborateurs, et instaurer des échanges plus fluides et productifs entre eux. " Au-delà de ses bénéfices primaires (faire sourire, libérer des tensions corporelles et du stress...), l'humour remplit des objectifs pragmatiques : développer l'imaginaire, la créativité, la productivité et apporter des solutions aux problèmes jalonnant la vie d'une société ", analyse Christophe Tricart.

Mais humour ne signifie pas blagues lourdes et potaches, voire discriminatoires. Il s'agit de privilégier la finesse (jeu de mots subtil, auto-­dérision...), qui aide à prendre de la hauteur et à dédramatiser. " D'autant que les collaborateurs aspirent à un tel humour, jouant sur les paradoxes et permettant de décons­truire la réalité ", développe le maître de conférences David Autissier. Mais c'est sans compter une limite de taille : " Pour être bénéfique, l'humour doit être bienveillant. Décrocher des traits d'esprit ou mobiliser son sens de la répartie, oui, mais à condition que l'intention soit positive. Exit donc l'ironie à outrance ou la stigmatisation qui blesse ", prévient Serge Grudzinski, humoriste et dirigeant du cabinet conseil Humour Consulting Group.

Utilisé de façon maladroite, voire malveillante, il peut rabaisser, ce qui n'est bien évidemment pas le but.

Si l'humour peut désamorcer les tensions, il agrémente aussi les discours. " Un usage répandu dans les pays anglo-saxons où les dirigeants commencent souvent leur speech par une touche d'humour afin de détendre l'atmosphère, constate l'auteur David Autissier. En France, ces notes de légèreté se font plus rares en entrée de discours. "

Pourtant, l'humour s'impose comme une arme essentielle pour mieux capter un auditoire. " Une dérision, un regard décalé, un calembour dynamisent le discours, et surtout aident à faire passer les messages, même les plus difficiles. Cela vaut aussi bien lors de prises de parole en public que durant des réunions de travail ", souligne Serge Grudzinski (Humour Consulting Group).

Trouver sa méthode

Humour Consulting Group

Humour Consulting Group

Serge Grudzinski

Mais être drôle quand on ne s'appelle pas Jamel Debbouze, est-ce possible ? " Il n'y a pas de méthodes clés en main, tant la capacité à faire rire s'inscrit d'abord dans une logique personnelle, pointe Serge Grudzinski. Aussi, introduire l'humour au travail va dépendre de la culture de l'entreprise et de la personnalité du dirigeant. "

Dès lors, comment développer l'humour à tous les étages de son entreprise ? " Par étapes, préconise le consultant. Il s'agit de bien analyser l'ambiance générale pour y instaurer, pas à pas, une culture de l'humour adaptée. Cela passe aussi par certains gestes de la part du dirigeant comme être plus disponible et spontané dans l'échange. "

Par ailleurs, il ne s'agit pas non plus de tomber dans le travers inverse : on ne force pas les gens à rire... Humour rime avec spontanéité, naturel ou encore improvisation. C'est un cadre général qui va favoriser l'éclosion de fous rires et autres moments détendus. Si la démarche paraît difficile à mener, des prestataires peu­vent accompagner l'équipe ­dirigeante dans cette joyeuse entreprise.

Le rire, un médicament contre le stress qui ne coûte rien à la Sécurité sociale

De nombreuses études très sérieuses se sont penchées sur les bienfaits du rire sur notre organisme. À l'instar du neurologue Henri Rubinstein, auteur, en 2003, de Psychosomatique du rire - Rire pour guérir (Éd. Robert Laffont) et dont les travaux sont cités dans le livre Petit traité de l'humour en entreprise publié en 2011 (Éd. Eyrolles). Ainsi apprend-on que, lorsque l'on rit, on inspire quatre fois plus d'air. Une suroxygénation qui contribue à éliminer les graisses et les sucres et favorise la circulation sanguine.

Tel un antistress, le rire procure une grande relaxation musculaire, elle-même à l'origine de ce sentiment de décontraction qui nous envahit après une bonne rigolade. Selon le neurologue, "le rire, c'est comme une onde qui se propage en faisant d'abord travailler les muscles du visage mais aussi ceux du larynx, du diaphragme et des abdominaux". Ainsi, il fonctionne comme un véritable massage interne, en agissant sur les poumons, les organes abdominaux et le système cardio-vasculaire. D'après le scientifique, une minute de rire équivaudrait à 45 minutes de relaxation ! Et, d'un point de vue hormonal, il augmente la production des substances cérébrales, comme les endorphines, qui atténuent le stress. Prescription du neurologue : rire au moins 10 fois par jour.