Mon compte Devenir membre Newsletters

5 raisons d'oser confier des responsabilités aux jeunes dans votre entreprise

Publié le par

Non, les jeunes ne sont pas seulement une main-d'oeuvre inexpérimentée bon marché. Oui, ils sont capables de faire progresser votre entreprise. Vous n'êtes pas convaincu ? Anjuli Pandit, 29 ans, l'un des bras droit du p-dg du groupe Tata, explique pourquoi vous auriez tort de ne pas miser sur eux.

5 raisons d'oser confier des responsabilités aux jeunes dans votre entreprise

Inexpérimentés, démotivés, zappeurs, réfractaires à l'autorité, individualistes... Les idées reçues sur les jeunes en entreprise ont la vie dure. Ces stéréotypes, Anjuli Pandit les combat à sa manière, en multipliant les conférences. Son meilleur argument ? Sa propre expérience. À seulement 29 ans, l'américano-indienne a arpenté et vécu dans plus de 70 pays. Successivement enseignante, salariée d'une ONG de défense de l'environnement, elle travaille aujourd'hui dans le même bureau que le p-dg du groupe industriel indien Tata.

CR: Laurie Ayouaz

CR: Laurie Ayouaz

Anjuli Pandit

Anjuli ne se charge pas de gérer son agenda, de servir son café ou de préparer ses impressions. Non, la jeune femme occupe un poste de premier plan dans cette multinationale. Elle a pour mission de représenter les intérêts de Tata auprès des gouvernements d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

Invitée le 6 novembre 2014 à une conférence du cabinet de coaching Talentis, elle a livré les raisons pour lesquelles vous devez, selon elle, faire davantage confiance aux jeunes.

Raison n°1 : parce que les jeunes sont vos clients directs ou indirects

Que votre entreprise évolue dans le secteur du bâtiment, du commerce de détail, de l'énergie ou de l'industrie alimentaire, "vous ne pouvez pas ignorer que les jeunes sont vos clients directs ou indirects et que leur opinion a un impact sur votre succès", martèle Anjuli Pandit.

Et d'ajouter : "nos envies et nos caprices dessinent le marché de demain. À mon avis, la meilleure façon pour les anciens de s'adapter est d'accueillir les jeunes autour de la table." Selon la jeune femme, chaque entreprise devrait ainsi avoir au moins une personne de moins de 35 ans au sein de son conseil d'administration afin d'enrichir les prises de décision stratégiques.

Raison n°2 : parce que vous avez beaucoup à apprendre d'eux

"Les jeunes pourraient être de bons coachs. À la sortie de leurs études, ils connaissent souvent les dernières innovations et technologies. Ils ont parfois plus de connaissances que d'autres salariés plus âgés. Si on proposait à ces jeunes de transmettre ce savoir, ils seraient encore plus motivés pour travailler pour vous. Les autres employés en profiteraient et cela permettrait à l'entreprise de rester à la pointe de son secteur", affirme-t-elle.

Une solution permettrait d'après elle de systématiser ce partage d'expérience ascendant : le "reverse mentoring" ou tutorat inversé. Utilisation de réseaux sociaux, présentation de projets de recherches en cours, formation à des logiciels dernier cri... Les voies d'échanges potentielles entre générations sont nombreuses, et ce, dans les deux sens.

Raison n°3 : parce que le talent ne se résume pas au nombre d'années ni aux diplômes

Preuve vivante qu'un jeune à première vue "inexpérimenté" peut réussir, Anjuli Pandit entrevoit dans la jeune génération une opportunité nouvelle pour les entreprises de se renouveler et d'innover. "Vous avez autant besoin des idées des jeunes que de l'expérience des années. Nous sommes capables de bousculer les pensées classiques pour les faire évoluer", avance-t-elle.

Pour celle qui a été enseignante avant de rejoindre le monde associatif puis l'industrie, les entreprises françaises doivent lever un autre frein majeur à leur développement : celui de l'immobilisme.

"En France, il est très difficile de se faire embaucher dans un secteur éloigné de notre cursus scolaire et universitaire. C'est bizarre. Pourquoi des choix académiques faits à 19 ans devraient déterminer toute une carrière ? Moi, j'ai beaucoup changé. J'ai appris que c'est l'expérience du travail qui met en valeur les compétences que je peux offrir. Vous seriez surpris de voir ce qui se passe quand on mélange les compétences."

Raison n°4 : parce que les jeunes sont prêts à s'investir

Anjuli Pandit l'affirme : les jeunes sont d'abord en quête de confiance et de reconnaissance, avant de chercher à obtenir un bon salaire ou des responsabilités.

"Beaucoup d'entreprises se plaignent que les jeunes veulent trop souvent changer de job, qu'il est trop risqué de parier sur eux. Dans certains secteurs, c'est vrai. Mais tout n'est pas une question de salaire. Ils bougent parce qu'ils trouvent qu'on ne les considère pas assez ou que leur manager n'essaye même pas de mobiliser leur potentiel. Croyez-moi, je gagne beaucoup moins d'argent que mes amis qui travaillent à Paris ou aux États-Unis. Si j'ai choisi de travailler pour le groupe Tata, c'est parce qu'ils ont confiance en moi, qu'ils me donnent des responsabilités et me soutiennent pour réussir."

Raison n°5 : parce que vous n'avez pas le choix

"Embauchez plus de jeunes doit être une priorité pour le succès de votre entreprise sur le long terme. Si vous voulez rester pertinent sur votre marché, assurez-vous d'avoir toujours les bonnes compétences en interne. Investissez sur les nouveaux talents." Avec en ligne de mire un objectif : éviter que vos produits et services deviennent obsolètes.

Selon l'américano-indienne, il en va aussi de la responsabilité citoyenne de chaque entreprise. "La frustration des jeunes et le manque de confiance risquent de déstabiliser la société, rappelle-t-elle. Aujourd'hui, on ne peut pas reporter cela à plus tard. On réussit toujours en jouant collectif et en réunissant les énergies plutôt qu'en les divisant."

Pour aller plus loin :

Visionnez l'allocution d'Anjuli Pandit au Salon TEDx Paris en 2012 sur la mondialisation :