Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment la PME Global Seafood a fait d'Amazon sa nouvelle zone de pêche

Publié le par

Dirigeants d'une entreprise bretonne spécialisée dans les produits de la mer, Pierre-Yves Bizien et Erwan Corre parient sur Amazon pour développer leur business.

Comment la PME Global Seafood a fait d'Amazon sa nouvelle zone de pêche

Tapez " homard breton" sur Amazon : c'est leurs crustacés que vous remonterez dans vos filets. Un marché de niche mais aussi un filon potentiel que les entrepreneurs Pierre-Yves Bizien et Erwan Corre ont décidé d'exploiter, alléchés par le trafic drainé chaque jour par le géant américain. Objectif : financer leur propre site de vente en ligne, Poissonnerie. com.

(c) Emmanuel Pain

(c) Emmanuel Pain

Pierre-Yves Bizien

"Amazon, c'est un coût d'acquisition client quantifiable, dépendant de la valeur de la commande [le site prend 0 à 15 % de commission sur chacune, NDLR]. Quand vous réalisez une action, vous touchez potentiellement 17 millions de personnes par jour. Et faire appel à un vendeur sélectionné par ce site, c'est un gage de qualité pour le client", estime Pierre-Yves Bizien.

Cependant, l'entrée sur la marketplace n'est pas permise à tout le monde. "C'est beaucoup de travail et un peu de chance. Pour tout valider, cela a pris un an", raconte le chef d'entreprise, qui y est présent de deux manières. Tout d'abord, Poissonnerie.com commercialise tous types de produits : homards, crabes, bigorneaux, huîtres, crevettes, etc. Ensuite, depuis juin, avec leur casquette de grossistes, le métier initial de Global Seafood, les dirigeants vendent à Prime Now, le service de livraison rapide de la plateforme. Là, Amazon achète et revend leurs produits directement. "On coconstruit la gamme avec eux", explique Pierre-Yves Bizien.

Gage de crédibilité

Erwan Corre

Cette présence sur le site est une formidable vitrine pour la PME, basée en Bretagne. Ses retombées restent pour l'heure limitées, mais sont appelées à monter en puissance. "Amazon est en train de se structurer sur les produits frais. C'est un marché naissant", avance Erwan Corre, en évoquant notamment la problématique de la livraison. Il va aussi falloir habituer le consommateur à acheter son poisson par ce biais... Faisant ce pari, Global Seafood pense qu'Amazon pourrait représenter 15 à 20 % de son chiffre d'affaires à cinq ans.

"Ce serait un transfert d'activité", précise Pierre-Yves Bizien. En effet, si les consommateurs achètent davantage en ligne, l'activité réalisée avec les GMS (grandes et moyennes surfaces) baissera. Si, aujourd'hui, le business en est à ses balbutiements, la présence sur Amazon constitue un gage de crédibilité pour les partenaires B to B de Poissonnerie.com.

Autre point encourageant, le succès de certaines opérations événementielles orchestrées sur la plateforme américaine. À Noël dernier, une série de homards s'arrache ainsi en moins d'une heure ! Une opération avec des plateaux de fruits de mer est prévue d'ici à fin 2017.

"La logique de marketplace se développe", assure Erwan Corre qui, dans ce contexte, s'est lancé à l'été 2017 avec Cdiscount. "Notre intuition est validée", assure-t-il. Reste à voir si l'entreprise fera bonne pêche.

Global Seafood
Vente de produits de la mer
Morlaix (Finistère)
Erwan Corre, 38 ans et Pierre-Yves Bizien, 38 ans
SAS > Création en 2015 > 27 personnes
CA 2016 1,5 M€ / CA 2017 4,5 à 5 M€ (prévisionnel)