Mon compte Devenir membre Newsletters

Et si vous misiez (vraiment) sur les étudiants pour développer votre business

Publié le par

Non, vos collaborations avec les étudiants ne se limitent pas aux seuls stages et contrats aidés. Des concours aux junior-entreprises, osez sortir des chemins battus pour bénéficier des lumières de ces têtes chercheuses.

Et si vous misiez (vraiment) sur les étudiants pour développer votre business

© ©lecolededesign

Du 12 au 14 novembre derniers, 1400 étudiants ont disposé de 48 heures pour résoudre une problématique opérationnelle formulée par différentes entreprises pour leurs projets marketing, R&D, technique... Deux jours durant lesquels 1 400 élèves issus de dix régions françaises et de dix pays dans le monde s'affronteront dans le cadre de l'opération "48 heures pour faire vivre des idées", une coopétition étudiante pluridisciplinaire créée par l'école d'ingénieurs ENSGSI de Nancy et copilotée avec l'Institut InnovENT-E.

Pour les étudiants, une opportunité de passer aux travaux pratiques grandeur nature. Pour les entreprises participantes, un moyen de challenger leurs produits et process avec de nouvelles idées et de soigner leur marque employeur. À l'instar de cette initiative, de nombreux concours étudiants existent à travers la France, avec un double objectif : trouver des solutions à l'un de vos problèmes tout en formant les jeunes générations aux réalités de terrain. Pour les identifier, rapprochez-vous des CCI, écoles et universités de votre région.

Business games

À la clé, le résultat peut être bluffant. Georges Viana, repreneur de la Biscuiterie Jeannette, fabricant de madeleines, en sait quelque chose. Son entreprise a été sélectionnée pour être l'étude de cas marketing du Challenge de la pub 2015 de l'IUT de Caen et du Havre (lire son témoignage).

Certaines entreprises vont même plus loin en organisant leurs propres "business games". Le fabricant de dentelles Solstiss a par exemple créé son prix étudiant annuel, récompensant un élève ayant conçu une collection avec sa production. Depuis deux ans, la start-up Reezocar (comparateur de voitures d'occasion) organise son challenge en ligne "Driving digital" (du 18 au 20 novembre), portant sur une de ses problématiques marketing.

Partenariats

Des collaborations plus personnalisées sont également possibles via des partenariats directs avec des grandes écoles et universités. C'est grâce à ce type de travaux que Jean-Pierre Barjon, dirigeant des Établissements Geyer Frères a pu concevoir le packaging de ces célèbres bouteilles de limonades artisanales Lorina, à l'occasion de la reprise de l'entreprise en 1996.

"Une promotion entière d'étudiants de l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen a planché sur notre cas pendant trois mois. Nous sommes ressortis de cette expérience avec le format mental de notre marque", se souvient-il. Aujourd'hui, beaucoup de structures sont ouvertes à ce type de travaux appliqués telles que l'EFAP (communication), l'École d'ingénieurs Eseo d'Angers ou encore Polytechnique.

L'École de design de Nantes Atlantique, elle, a par exemple développé un programme d'accompagnement des entreprises dans leurs projets d'innovation. Des étudiants de master, encadrés par des enseignants, mènent ainsi des ateliers de workshop, des études prospectives et des travaux de veille.

"Attention, nous ne nous substituons pas à une agence de design. Nous intervenons en amont pour développer une approche créative ou aiguiller vers les bons interlocuteurs", avertit Jean-Luc Barassard, directeur du pôle Stratégie entreprises de l'école. Ce type de collaboration s'inscrit sur le moyen-terme (jusqu'à 3 ans) et est généralement payant. Comptez entre 5 000 et 16 000 euros pour l'École de design de Nantes.