Mon compte Devenir membre Newsletters

Le jour où... j'ai trouvé le parfait associé lors d'un covoiturage

Publié le par

Lassé par le gaspillage alimentaire, Pierre-Yves Pasquier, ancien chef des ventes Chez Danone, songeait depuis longtemps à une solution pour gérer les invendus. Il a fallu d'une rencontre décisive et d'une discussion entamée lors d'un covoiturage pour concrétiser son projet d'entreprise.

Le jour où... j'ai trouvé le parfait associé lors d'un covoiturage

Chez Comerso, nous sommes deux associés. Notre entreprise spécialisée dans la logistique des invendus alimentaires a été créée en 2013. Mais l'idée est née en 2011, voire en 2009. Je suis un ancien chef des ventes de la grande distribution chez Danone. Au quotidien, en constatant que la grande distribution jette de grandes quantités de marchandise, je suis tombé de ma chaise. Il ne s'agit pas là d'une question de plaisir ou de manque d'envie de traiter ces produits invendus mais davantage d'une question de moyens ou de solutions concrètes mises à disposition. À l'époque, personne ne parlait de gaspillage alimentaire. J'ai pensé à une solution qui puisse changer la donne.

Le fruit du hasard

Je suis Nantais d'origine et mon ancien emploi chez Danone se situait à Toulouse. Je faisais du covoiturage tous les dimanches pour rentrer sur Nantes. Un jour, je me retrouve avec Rémi Gilbert qui, lui, habite Agen. Nous avons une discussion "classique " pour des habitués de covoiturage où nous échangeons sur nos postes respectifs. Il travaille alors en tant que conseiller de création d'entreprise à Bpifrance, dans le secteur de l'innovation. Pendant les quatre heures de trajet , je lui dévoile mon projet, pour avoir son ressenti.

Quinze jours plus tard, il me recontacte et m'annonce de but en blanc : "J'ai repensé à ton projet et j'adore l'idée. Voudrais-tu que je t'aide à avancer ?" À ce moment-là, il n'est pas question de s'associer mais bien qu'il me prodigue des conseils. Je lui ai alors demandé s'il souhaitait que nous partagions cette aventure ensemble. Et il a accepté.

Complémentarité

C'est à ce moment précis que notre projet a vraiment démarré. Nous avons chacun nos domaines de prédilection. Lui est expert de la partie comptable et fiscale de la création d'entreprise. Moi, je dispose d'une vision précise du produit qu'on doit vendre. Nous sommes partis d'une feuille blanche. Il a fallu créer le modèle économique et la solution de A à Z avant de lancer réellement Comerso en octobre 2013. Entre notre rencontre et la création de notre entreprise, il s'est donc passé deux ans. Nous avons travaillé en parallèle de nos activités les soirs et week-ends.

Optimisation des invendus

Aujourd'hui, notre ­solution facilite l'économie circulaire. Elle permet de gérer et de ­collecter les invendus de tout type d'entreprise. Nous revalorisons ces produits auprès des associations pour générer une économie fiscale et un affranchissement des frais de destruction, ce qui permet aux entreprises d'avoir un ­meilleur bilan RSE, de faire des économies et d'accomplir une bonne action. Nous nous rémunérons au succès des ­entreprises sur les économies réalisées. Nous sommes également logisticiens puisque nous récupérons nous-mêmes la marchandise pour la livrer aux associations.

Nous ­travaillons aujourd'hui avec le Secours populaire, Les Restos du Coeur, les banques alimentaires... ainsi que toute la grande distribution française. Nos chauffeurs sont des prestataires en situation d'insertion - éloignés de l'emploi ou à faible niveau de qualification. Nous avons levé 2,2 millions d'euros en juin 2016. Et dire que tout cela est parti d'un trajet en covoiturage entre Nantes et Toulouse...

COMERSO

Solution de valorisation des invendus
Agen (Lot-et-Garonne)
Pierre-Yves Pasquier, 33 ans, président, et Rémi Gilbert, 33 ans, directeur général
SAS > Création en octobre 2013
18 personnes + 50 chauffeurs prestataires
@comerso

Barbara Prose