Mon compte Devenir membre Newsletters

Anglais : quelle formation choisir pour un dirigeant de PME ?

Publié le par

E-learning, coaching, séjour linguistique... Difficile de se repérer dans la multitude de formations en anglais disponibles sur le marché. Le meilleur guide pour faire votre choix et acquérir le niveau souhaité : évaluer vos besoins et votre disponibilité.

Anglais : quelle formation choisir pour un dirigeant de PME ?

Vous redoutez vos déplacements à l'étranger tant vous craignez de parler anglais ? Rien d'exceptionnel. Votre niveau est à l'image de celui de vos confrères chefs d'entreprise : faible. Selon l'indice EPIC (English Proficiency Index for Companies) d'Education First, le niveau moyen des dirigeants français leur permet de comprendre et de parler un anglais simple sur des sujets familiers dans le travail ou la vie quotidienne. Et il s'agit là d'une moyenne...
Les PME, comme les grands groupes, arrivent en fin de peloton. " Pour les dirigeants de PME, ce faible niveau s'explique souvent par le fait qu'ils exercent leur activité à une échelle plutôt locale ", note Kate Bell, rapporteur de l'étude EF EPI. Ils n'en ont donc pas besoin au quotidien.

Une nécessité pour se développer

Pourtant, la maîtrise de l'anglais offre aux responsables de petites structures des atouts non négligeables. Le premier : l'image de marque. " L'anglais permet aux dirigeants d'avoir des contacts à l'international avec d'autres dirigeants et des partenaires. Dans le networking, la maîtrise de la langue est importante pour l'image de l'entreprise ", assure Kate Bell.

L'autre intérêt à maîtriser l'anglais est son utilité - voire sa nécessité - pour développer vos affaires à l'international. Diffusion de vos documents officiels, de vos offres, veille sur votre secteur d'activité, implantation à l'étranger, conquête de nouveaux marchés, relations clients ou fournisseurs sont autant de bonnes raisons pour améliorer votre connaissance de la langue des affaires. Car si vous pouvez envisager de centraliser certaines missions, comme les relations avec les partenaires étrangers, sur des collaborateurs à l'aise en anglais, cette option est difficilement viable dans une structure où les équipes sont internationales. " Dès que des collaborateurs étrangers sont intégrés dans l'entreprise, un dirigeant qui ne maîtrise pas la langue fera perdre du temps et de la précision dans les échanges en introduisant un intermédiaire ", souligne Kate Bell.

Établir un diagnostic

Reste à trouver la bonne formation pour atteindre, à terme, vos objectifs. Pour faire votre choix parmi la myriade d'offres proposées sur le marché, un diagnostic s'impose. Avant toute chose, vous devez analyser vos objectifs et évaluer votre niveau en anglais. Quelles sont vos disponibilités, vos préférences ? Quelles compétences souhaitez-vous renforcer ? De ce diagnostic dépendra votre formation.

Premier point à assurer : son adéquation avec vos besoins. " La maîtrise des règles de grammaire et de conjugaison ne constitue pas une fin en soi. Le véritable objectif est d'être capable d'effectuer une tâche et de faire face à une situation habituelle dans une langue étrangère ", indique Thierry Cuirot, responsable du marketing chez Tell Me More. Vous ne choisirez donc pas la même formation, si vous souhaitez être capable de répondre à vos mails en anglais, animer des négociations ou échanger avec vos équipes au quotidien.