Mon compte Devenir membre Newsletters

Consumérisation de l’IT ou comment les technologies grand public influencent les entreprises

Publié le par

La consumérisation de l’IT est un anglicisme derrière lequel se cache un constat simple : de plus en plus d’employés tendent à utiliser au sein de leurs entreprises des technologies auxquelles ces derniers sont habitués. Il faut dire qu’avec la démocratisation de la micro-informatique et plus récemment des supports mobiles, les employés sont plus expérimentés et n’hésitent plus à remettre en question les systèmes mis en place par les directions informatiques. Si ce constat est sans appel, qu’en est-il de l’acceptation de cette nouvelle dynamique au sein des entreprises ? Comment ce mouvement de fond influence-t-il les outils professionnels et les orientations de leurs éditeurs ?

Un état des lieux de la consumérisation en entreprise

La consumérisation de l’IT concerne toute application et support échappant au contrôle de la direction informatique. Ce phénomène comprend aussi bien la possibilité de se connecter à sa messagerie via des applications tierces (comme un client mail d’un smartphone ou un webmail) que l’utilisation de périphériques privés comme des tablettes tactiles.

Si leur intégration dans l’entreprise est souvent motivée par une envie de gagner en productivité ou en confort de travail, la consumérisation de l’IT peut avoir des conséquences sur le fonctionnement de l’entreprise. En effet, il n’est pas rare que les salariés se détournent de logiciels professionnels pour des applications tierces ce qui, en plus de multiplier les solutions, posent une vraie question de sécurité et de confidentialité des informations.

Cependant, et malgré les idées reçues, l’entreprise n’est pas réticente à ce changement. L’étude menée par CA Technologies France en 2014 démontre que 60% des DSI ont anticipé ce changement et que 88% des cadres dirigeants pensent que l’intégration des technologies grand public est un vecteur de satisfaction. Enfin, 65% des dirigeants considèrent que cela est une priorité absolue dans leur entreprise.

Paradoxalement, ce sont les salariés qui se montrent les plus réticents à l’intégration de nouvelles technologies ; particulièrement si ces dernières impliquent de renseigner des informations privées comme une photographie de profil ou une localisation physique.

L’intégration de ces technologies a toutefois un bel avenir devant elle car elle est soutenue à la fois par les DSI qui souhaitent moderniser leurs installations, les employés désirant s’impliquer dans le choix de leurs outils de travail et les nouveaux produits proposés par les éditeurs de logiciels.

 

Quel impact sur les logiciels professionnels ?

Si les technologies professionnelles ont un temps accusé un retard sur les outils grand public, cette ère est désormais révolue. Les solutions ont su évoluer pour répondre aux besoins de leurs utilisateurs ainsi qu’aux objectifs de rentabilité des organisations.

Par exemple, les logiciels professionnels ont pour la plupart intégré la mobilité dans leurs offres ; que ce soit via le cloud computing ou des applications mobiles. A cela se sont ajoutées des fonctionnalités user-friendly* comme de nouvelles interfaces ergonomiques, des outils de travail collaboratif et social, ….

Ces progiciels ont aussi su s’ouvrir pour proposer des passerelles entre les différentes applications, web notamment, et demeurer des outils centraux.  C’est ainsi le cas pour les logiciels de gestion intégrant des connecteurs aux sites e-commerces ou encore aux outils de gestion documentaire en ligne type Google Drive ou Dropbox.

 

 

En conclusion, les éditeurs de solutions professionnelles ont beaucoup appris de cette tendance de consumérisation de l’IT. Leurs produits se sont métamorphosés et nul ne doute qu’ils seront, à l’avenir, moteur dans l’intégration des nouvelles technologies.

 

*User-friendly : pensé pour l’utilisateur.