Mon compte Devenir membre Newsletters

La CGPME change de nom pour rajeunir son identité

Publié le par

Au 1er janvier 2017, la CGPME deviendra la Confédération des PME (CPME) et adoptera une nouvelle identité visuelle. En parallèle, la confédération se structure avec notamment la création de sections nationales thématiques.

La CGPME change de nom pour rajeunir son identité

Lors de son Assemblée générale confédérale, mercredi 6 juillet 2016, la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME) a décidé de rebaptiser le nom de l'organisation patronale. La CGPME deviendra, au 1er janvier 2017, la CPME (Confédération des PME). La Confédération, qui rassemble plus de 600 000 entreprises, a également précisé qu'elle mettrait en place une nouvelle identité visuelle, dévoilée lors du salon Planète PME mardi 18 octobre 2016.

"Notre démarche s'inscrit dans la nouvelle dynamique insufflée par le président François Asselin depuis l'année dernière. Nous souhaitons rajeunir l'identité de la CGPME et profiter de ce renouveau en accentuant la digitalisation de notre communication, comme nous avions pu le faire avec l'initiative Patrons vent debout ", détaille Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la CGPME. Lors de la mobilisation contre la surtaxation des CDD, une manifestation numérique mettait en avant des témoignages de patrons opposés à la mesure.

Au cours de l'Assemblée générale, il a été également décidé la création de quatre sections nationales thématiques relatives au commerce, aux services, à l'industrie et à l'artisanat. Une initiative qui s'appuie sur "la volonté d'être plus efficace et plus lisible vis-à-vis de l'extérieur et de promouvoir le travail réalisé entre les territoires et les sections de la CGPME ", poursuit Jean-Eudes du Mesnil. La structure de gouvernance de la CGPME sera également agrémentée prochainement par la création d'un Conseil des régions afin de "coordonner les échanges et faire remonter les remarques en provenance de chaque région", selon la CGPME.

Par ailleurs, une commission de contrôle et de suivi des comptes sera créée pour plus de transparence sur les finances. Pour l'année 2015, les ressources de la CGPME se sont élevées à 30,16 millions d'euros dont 43 % sont issus des cotisations. Deux autres réformes ont également été votées. Elles concernent l'instauration d'une limite d'âge pour le président à 70 ans ainsi que la possibilité de renouveler une seule fois son mandat de cinq ans.