Mon compte Devenir membre Newsletters

[Tribune] Claire Saddy: "Dirigeants, engagez-vous en politique!"

Publié le par

Pragmatiques, en lien avec la vraie vie et souvent visionnaires, les dirigeants ont toutes les compétences pour faire évoluer les institutions françaises. Encore faut-il qu'ils s'engagent en politique. C'est ce que les encourage à faire Claire Saddy, fondatrice de l'organisme de formation Tippi.

[Tribune] Claire Saddy: 'Dirigeants, engagez-vous en politique!'

Quand je me suis engagée en politique, les réactions de mes amis ont été éloquentes: du pincement de nez désabusé ("quelle horreur!"), au scepticisme poli, (" si ça t'amuse") , en passant par la plus complète perplexité ("elle est folle!"). De mon côté, ma décision était prise. Car enfin, n'est-ce pas une folie d'accepter qu'il y ait si peu d'entrepreneurs en politique? Dans une démocratie qui se veut représentative, dans un monde où un des leviers majeurs du pouvoir est la politique, s'engager était devenu pour moi une forme de devoir, de défi aussi. Ne laissons pas la politique à ceux qui veulent en faire un métier! Pragmatiques, en lien avec la "vraie vie", souvent visionnaires et focalisés sur l'efficacité, les patrons ont des compétences irremplaçables et des idées novatrices pour faire évoluer nos institutions.

Des droits et des devoirs

En tant que chef d'entreprise, on a le droit de contester les décisions de nos gouvernants, de dire qu'elles ne nous conviennent pas, certes. Mais si on a ce droit, on a le devoir alors de faire entendre notre voix en rejoignant les rangs de ceux qui nous gouvernent. On ne peut pas râler et ne rien faire pour changer les choses. "Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde", disait Gandhi.

Aussi, ma décision était prise et elle n'avait pas été facile: en tant que cheffe d'entreprise, deux questions très ­ pratiques me taraudaient. Comment allais-je trouver le temps d'occuper mon mandat, entre mon travail, ma présidence d'un incubateur, et mon ado à élever seule? Mais aussi, allais-je perdre des clients du fait d'un parti pris politique affiché?

Avec deux ans de recul, je peux affirmer deux choses: le temps nécessaire à la politique, je l'ai trouvé et je l'ai pris, tout simplement parce que j'ai décidé que c'était important pour moi. Et je n'ai perdu aucun client à cause de mon mandat. Je me sens légitime et heureuse d'agir. Dernière précision: je me suis engagée oui, mais à "gauche". Pourquoi un patron devrait-il être forcément de droite? Réconcilier l'économique et le social, la performance et bienveillance, c'est mon combat. Alors j'ai choisi de suivre un maire de gauche très investi sur le développement économique de son territoire. Sans m'encarter. En tant que cheffe d'entreprise, par essence, j'aime l'indépendance!

L'auteur
Présidente de Rhône-Alpes Pionnières, Claire Saddy est à la tête de l'organisme de formation et de conseil Tippi.