Mon compte Devenir membre Newsletters

Familiales, industrielles et exportatrices : les forces des PME françaises en croissance

Publié le par

La Bourse de Londres a livré mardi 5 septembre 2017 son classement des PME européennes les plus performantes. Parmi les 150 entreprises françaises sélectionnées, bon nombre opère dans des industries de pointe et sont exposées à l'international.

Familiales, industrielles et exportatrices : les forces des PME françaises en croissance

"Internationales et pointues", tels sont les traits principaux des PME françaises les plus performantes selon une étude de la Bourse de Londres, parue mardi 5 septembre 2017. Celle-ci a sélectionné les 1000 PME de l'Union européenne dont la croissance a été la plus significative entre 2013, 2014 et 2015. Le classement place la France en 22ème position, avec 150 PME dont la croissance annuelle et le chiffre d'affaires moyens sont évalués à respectivement 36 % et 45 millions d'euros.

Des PME et ETI dans l'industrie de pointe

Si beaucoup de ces entreprises tricolores sont peu connues du grand public, elles opèrent pourtant dans des domaines pointus - l'ingénierie, l'agroalimentaire, la logistique ou la sécurité - et sont parfois leaders dans leur secteur. On trouve par exemple Alstef, le spécialiste des systèmes automatisés pour la logistique et les aéroports (250 salariés désormais et environ 53,8 millions d'euros de CA en 2016), Planisware (220 collaborateurs et 55 millions d'euros de CA en 2016), un créateur de progiciels ou Richel Group (près de 70,3 millions d'euros de CA en 2016, 153 salariés), leader européen de la construction de serres à couverture plastique.

L'étude distingue aussi des ETI plus connues et importantes, certaines ayant passé la barre des 250 salariés depuis 2013. A l'instar de la marque Eric Bompard (près de 67 millions d'euros de CA en 2016), fabricant de pulls cachemire, La Vie Claire (environ 9,5 millions d'euros de CA en 2016), le réseau de distribution de produits biologiques, Babolat (environ 123,7 millions de CA en 2016), leader mondial des cordes de raquette de tennis ou le producteur de sirop Monin (un CA de 220 millions d'euros en 2016).

Des PME et ETI anciennes et familiales

Autre tendance générale mise en évidence par cette étude : parmi les 150 entreprises sélectionnées, les plus performantes sont familiales et possèdent déjà une longue histoire derrière elles. Le groupe Monin a fêté ses 105 printemps cette année. On peut aussi citer, Exo International, groupe crée en 1927, (quasiment 23 millions d'euros de CA en 2016), premier constructeur français de chariots de levage. D'autres PME sont nées à l'après-guerre ou au début des années 60. L'entreprise familiale lilloise TratoTLV créée en 1947, leader français des luminaires pour supermarchés, ou le fabricant de fauteuils de bureau Eurosit, né en janvier 1961, en sont de bons exemples.

L'international, moteur de croissance

Comment expliquer le succès actuel de toutes ces pépites tricolores ? A la lecture de cette étude, il semblerait que l'exposition à l'international soit l'un des moteurs significatifs de leur croissance. L'équipementier de tennis Babolat, réalise pas moins de 75 % de son chiffre d'affaires à l'international, faisant de lui le numéro un en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Plus confidentiel, l'éditeur de progiciel Planisware fait plus des deux tiers de son chiffre d'affaires (28,5 millions d'euros environ) en dehors de l'Hexagone. Le producteur français d'aimants pour accélérateurs de particules Sigmaphi electronics (6,2 millions d'euros de CA en 2015) réalise quant à lui 90 % de ses recettes à l'étranger.