Mon compte Devenir membre Newsletters

Les "Citrons" ne veulent plus être pressés par la CFE

Publié le par

Le mouvement des "Citrons facilement exploitables", composé d'environ 500 artisans et commerçants indépendants sur le grand Albigeois, milite pour une réforme de la Cotisation foncière des entreprises (CFE). Ils manifesteront à Paris le 27 février 2014.

Les 'Citrons' ne veulent plus être pressés par la CFE

"Les TPE sont matraquées fiscalement. On les étouffe. C'est tout l'inverse qu'il faut faire. Nous sommes le poumon économique de la France, nous créons des emplois." Florian Landès, vice-président de l'association les "Citrons facilement exploitables", ne mâche pas ses mots quand il s'agit de donner son opinion sur la Cotisation foncière des entreprises (CFE), née en 2010 pour remplacer la taxe professionnelle.

Il faut dire que ce mouvement apolitique, créé en 2012 par des artisans et commerçants indépendants de la communauté d'agglomération de l'Albigeois, milite pour une réforme de la CFE. "Le gouvernement a supprimé la taxe professionnelle pour redonner de l'oxygène aux entreprises, mais la CFE étouffe les petites structures. Son montant a progressé de 400% en deux ans dans notre agglomération", affirme-t-il.

Au final, les "Citrons" souhaitent une réforme globale du dispositif. Deux mesures sont revendiquées. Tout d'abord, asseoir la base forfaitaire de la CFE sur la valeur ajoutée de l'entreprise et non plus sur son chiffre d'affaires. "C'est une aberration. Ce mode de calcul favorise les grandes structures au détriment des petites", estime Florian Landès. Parallèlement, l'association demande la mise en place d'un "bouclier social" pour les travailleurs indépendants dont le bénéfice annuel est inférieur à 25 000 euros. "On ne peut pas payer plus qu'on ne gagne", poursuit-il.

Un mouvement qui s'agrandit

Reste que cette mobilisation semble porter ses fruits. Tout du moins au niveau local. Sur la communauté d'agglomération de l'Albigeois, l'association a obtenu une baisse de 50 % de la CFE sur la tranche de chiffre d'affaires supérieure à 100 000 euros pour 2013. "Il faut bien comprendre que le problème de la CFE touche tous les travailleurs indépendants, même ceux qui n'ont connu qu'une augmentation minime de leurs cotisations. Car rien ne dit que les collectivités locales n'augmenteront pas ce montant dans les années à venir!", tonne Florian Landès.

Un dessin humoristique réalisé par l'association

Aujourd'hui, le mouvement des "Citrons" fait tâche d'huile. Il est suivi par des artisans et commerçants du grand Montpellier, de Mulhouse ou encore de Rodès. Les travailleurs indépendants comptent d'ailleurs faire entendre leur voix le 27 février 2014 à Paris, lors d'une manifestation organisée par l'association "Sauvons nos entreprises" (SNE). "Nous sommes solidaires de leur mouvement contre le Régime social des indépendants. C'est pour cette raison que nous nous associons à leur démarche", explique le vice-président des "Citrons". Les artisans et commerçants sont plus que jamais mobilisés.

Reportage présentant le mouvement des "Citrons":