En ce moment En ce moment

Marc Simoncini : "Je suis cash et sans filtre"

Publié par le | Mis à jour le
Marc Simoncini : 'Je suis cash et sans filtre'

À 55 ans, Marc Simoncini vient d'écrire Une vie choisie, un livre retraçant son parcours. L'occasion de faire le point sur les activités de l'un des entrepreneurs préférés des Français , mais aussi un homme direct, qui n'a pas la langue dans sa poche.

  • Imprimer

Quel moteur vous a poussé à créer votre première entreprise ?

C'est simple, je n'avais pas le choix. Je n'avais pas de travail, aucune compétence et pas vraiment de diplômes. J'ai alors emprunté mon capital et je me suis lancé dans les années 80. Ça m'a permis de me payer un salaire pendant six mois jusqu'à la signature de mon premier client. Mais je crois, inconsciemment, que j'avais envie de liberté et de prendre des risques.

Entrepreneur, est-ce vraiment un métier ?

Non, on ne décide pas d'être entrepreneur juste pour être entrepreneur. Tout comme on ne devient pas entrepreneur pour être riche. C'est une conséquence heureuse mais pas un but en soi.

L'entrepreneuriat a le vent en poupe auprès des jeunes. Est-ce que vous le ressentez ?

Non seulement je le ressens mais j'en suis très heureux. C'est ma quête depuis des dizaines d'années ! Je veux favoriser l'entrepreneuriat en France et inciter les jeunes à se lancer.

J'aimerais que nous arrêtions de jeter la pierre sur ceux qui réussissent et d'accabler ceux qui échouent. Nous sommes enfin passés de six jeunes sur dix voulant devenir fonctionnaires à six jeunes sur dix voulant entreprendre. C'est une bonne chose pour notre pays.

Comment l'expliquez-vous ?

C'est très compliqué et je n'ai pas vraiment la réponse. Je pense que cinq ans de socialisme ont beaucoup aidé à développer une idée simple : il vaut mieux prendre son destin en main plutôt que de le laisser dans celles des hommes politiques ! Plus sérieusement, nous vivons le point d'orgue d'un mouvement qui a démarré il y a assez longtemps.

Est-ce plus facile d'entreprendre aujourd'hui ou il y a 30 ans ?

C'est beaucoup plus facile aujourd'hui. De nombreuses structures de financement ont été créées, le numérique simplifie tout et il y a moins de complexité pour créer son entreprise. Surtout, la peur de l'échec a été vaincue.

À l'époque, une personne qui se lançait et qui se plantait, perdait sa maison et souvent son mariage. Heureusement, ce n'est plus le cas. Il faut dire que nous avons vécu une quantité d'explosions de start-up dans les années 2000. C'est presque devenu normal d'en avoir connu une dans sa vie.

En tant qu'investisseur, qu'est-ce qui vous donne envie d'entrer au capital d'une entreprise ?

Cela dépend. Si j'investis mon argent, c'est la passion et l'intérêt pour le produit. Car, aujourd'hui, je ne veux faire que des projets qui me passionnent. Si c'est avec de l'argent en gestion, c'est la crédibilité du projet, le business plan et évidement les perspectives de sortie. J'ai plusieurs grilles de lecture.

Après, il y a bien sûr l'équipe, et c'est presque le point le plus important. Je dis toujours qu'un bon projet peut être raté si l'équipe est mauvaise et, inversement, un mauvais projet peut être réussi si l'équipe est bonne. La raison ? Une bonne équipe pivotera et réussira à transformer le projet pour en faire une réussite.

Comment détectez-vous une bonne équipe ?

C'est super difficile. C'est l'expérience et le feeling. Souvent je déstabilise l'entrepreneur pendant 20 minutes, en mettant en l'air sa présentation. Je vois alors s'il est capable de s'en sortir et de rebondir, ou s'il est totalement perdu. Un projet entrepreneurial ne se passe jamais comme prévu !

Il y a une grande part d'humain ?

Le business, ce n'est que de l'humain et c'est avant tout des rencontres. Une entreprise est essentiellement constituée de personnes qui se mettent autour d'un projet pour le faire avancer. Le reste est bien souvent accessoire.

Accompagnez-vous les dirigeants des entreprises dans lesquelles vous investissez ?

Je l'avais promis mais, faute de temps, je ne l'ai pas beaucoup fait, sauf sur quelques entreprises comme Molotov TV, un service de distribution de chaînes de télévision, OuiCar, que nous avons revendu à la SNCF ou Devialet. Nous avons une cinquantaine de sociétés dans le portefeuille de Jaïna. S'ils n'ont pas besoin de moi, c'est une bonne nouvelle !

Votre bureau en dit beaucoup sur vous...

Bien sûr ! Chaque objet est lié à l'une de mes activités. L'intégral de Clint Eastwood est lié à mes sociétés de production de films. Les trois nains qui cachent leurs oreilles et leur bouche et qui font un doigt d'honneur, c'est la bourse. Car il ne faut jamais parler, ne pas écouter et ... faire ce que l'on veut.

Il y a aussi des livres, des publicités pour Sensee, pour Devialet et, là-bas, une maquette de notre vélo Héroïn...


Quel est votre quotidien ?

Aujourd'hui j'ai quatre métiers. Je fabrique des lunettes et des vélos, je suis également investisseur et, enfin, je produis des films. Ce que je ne veux plus, c'est ne travailler que sur un seul sujet. Je n'y arrive plus. Je n'ai plus l'âge, ni l'énergie pour redévelopper une société en y passant 20 heures par jour.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans le cinéma ?

Ma passion, c'est la littérature mais je n'ai jamais réussi à créer un business autour. Finalement, je me suis dit que le théâtre, c'est aussi des mots et j'ai eu envie de lire et produire des pièces.

J'ai eu la chance d'investir dans une société qui est devenue un producteur de théâtre important. Mais cela reste un petit business. Alors je suis passé au cinéma avec, aujourd'hui, deux boîtes de production.

Vous avez créé la marque de vélo Heroïn en 2016. C'est une passion ?

Tout à fait. Mais c'est aussi un pari business. La raison ? Toutes les personnes de plus de cinquante ans font du vélo ou en feront ! Surtout celles qui ont pratiqué du sport toute leur vie et qui, un jour, ont des problèmes avec leurs genoux. Quand je crée une entreprise, j'essaye de mettre en avant les atouts de la France. Nous sommes très bons dans de nombreux secteurs d'activité, comme le vin, la nourriture, la montagne et ... le vélo !

Nous avons le plus grand événement au monde dans ce sport. Nous devons donc être capables de faire l'un des meilleurs vélos de course dans notre pays. Et nous y sommes arrivés ! Ce n'est pas moi qui le dis, mais les journalistes spécialisés qui ont pu le tester. Nous sommes donc très heureux et moi je trouve, aussi, subjectivement, que c'est le plus beau.

Pourtant, il est fabriqué en Italie...

Le vélo est pensé, dessiné et conçu en France. Il a fallu trois ans de R & D au total. Il est composé de tubes en carbone fabriqués ici. C'est là-dessus que nous avons le plus travaillé. Après, nous l'assemblons en Italie car, malheureusement, ils possèdent un savoir-faire que nous n'avons plus.

Il s'agit d'un produit de luxe ?

Notre vélo est positionné sur le haut de gamme, avec un prix maximum de 15 000 euros. Il s'agit du tarif pour un cycle appartenant à notre série numérotée de 350 pièces. Nous le déclinons aussi dans différentes versions, moins chères, mais nous avons préféré commencer par une version très performante. Nous venons de lancer une nouvelle gamme début avril et il est encore plus beau !

Quels sont les chiffres d'Heroïn ?

C'est secret. Nous ne révélons rien car nous sommes un nouvel entrant. Soit nos chiffres sont bons et nous allons être copiés. Soit nos chiffres sont mauvais et quelqu'un m'expliquera que nous n'y arriverons jamais. Je ne dévoile plus rien. Je travaille.


Autre cheval de bataille, votre site d'optique Sensee. Où en êtes-vous aujourd'hui ?

Nous avons déployé notre modèle définitif en 2017. Concrètement, nous fabriquons nos lunettes en France, dans le Jura. Je précise que c'est réellement le cas, contrairement à ce que je peux entendre à droite ou à gauche. Nous vendons nos lunettes dans nos quatre showrooms situés à Marseille, Paris, Lyon et Toulouse. Mais aussi sur Internet et, depuis peu, dans des corners implantés dans la Fnac Montparnasse à Paris et dans celle de Bordeaux.

À noter que le marché des lunettes est énorme, il pèse 6 milliards d'euros en France.

Vous faites également de la vente de lentilles ?

Effectivement. Nous avons une seconde marque qui est LentillesMoinsChères.com. D'ailleurs, historiquement, nous avons commencé par ce produit. Il nous aura fallu six ans pour enfin avoir le droit de vendre des lunettes sur Internet. C'est incroyable car dans tous les pays c'était possible, sauf en France !

Aujourd'hui, nous faisons environ 30 millions d'euros de chiffre d'affaires grâce à nos lentilles. Cependant nous projetons de vendre ce département pour nous consacrer uniquement à celui des lunettes.

Julien Van Der Feer

Julien Van Der Feer

Rédacteur en chef

Rédacteur en chef d’Artisans Mag’ et de Commerce Magazine, l’univers de l’artisanat et du commerce est mon quotidien depuis 3 ans. Je suis passionné par [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet